Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:06

5546424683_1b7eb999c8.jpg

 

J'essaie de faire le vide, d'oublier ce harcèlement et l'état dans lequel il m'a plongée.

 

Le pire est mon cerveau qui tourne en rond comme un hamster dans sa cage, ne pouvant s'extirper du magma fangeux des pensées déprimantes.

Et si ... ?    Je devrais ... ?    J'aurais dû...

 

Quel plaisir d'arriver à le débrancher, même pour quelques brefs instants.

 

Arrêter de cogiter, prendre du recul et chercher une solution au lieu de se sentir submergé(e) par les pensées négatives.

 

Le début de la reconquête de sa propre estime !

 

Photographie importée de FlickR

Repost 0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 11:38

 

3560950302_5decf7a9ec.jpg

Beaucoup de changements dans ma vie, personnelle et professionnelle.

 

Et après une démarche personnelle (commencée il y a quelques années), me revoici, plus calme, moins "agitée" mais toujours intéressée par tout et tous.

 

Plus ouverte à la vie, je rencontre plein de coïncidences qui m'enrrichissent à un point que je ne saurais décrire - ou saurais-je maintenant les reconnître pour ce qu'elles sont, et les saisir ?

 

Entre émerveillement et émois, je suis aujourd'hui plus ouverte (aware ? (;o)) à ce que vie et éveil personnel peuvent m'apporter.

 

Je vais d'ailleurs essayer de vous apporter mon témoignage pour ce qu'il est, simplement.

Je ne cherche pas à convertir qui que ce soit dans cette démarche qui ne peut être que personnelle : il faut être prêt à entendre et à voir, mais une fois le mouvement initié, quel enrichissement pour moi !

Je vous le souhaite également, de tout coeur.

 

Repost 0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 17:56

Me voici de retour après quelques mois cahin-caha, plein de péripéties ordinaires.

 

Ayant suivi des formations -très ardues- dispensées à distance et concernant l'apprentissage des logiciels tels Sconet (un logiciel de gestion des élèves et des personnels dans les établissements scolaires, Draw, Flash et Photoshop, je n'avais plus guère envie de de remettre à mon clavier dès mon retour à la maison.

 

Autre petit souci, certainement dû à une reprise un peu... musclée de country, des épanchements de synovie à  mes deux genoux.

Et me voilà, portant depuis près de 3 mois ces joooolies genouillères, collection printemps 2012 :

 

images.jpg

 

Tellement seyantes qe l'on m'a demandé si je faisais partie d'une équipe de hockey ou si je lançais une nouvelle mode.

 

Je m'en suis maintenant affranchie (sauf pour les séances shopping !), préférant un modèle plus léger, mieux adapté au temps actuel :

genouillere-futuro-sport-hydro-regulatrice-copie-1.jpg

 

Je vous rassure, cela va nettement mieux maintenant : normal après des mois de repos, entre arrêt total, déplacements à l'aide de béquilles ou marche a minima...

 

Reste que je ne peux toujours pas me baisser en pliant les genoux, et dois toujours les ménager, faute de quoi, l'inflammation risque d'empirer.

 

Dieu, que l'exercice me manque !

Plus de marche (voire de marches à gravir ou descendre), de sport... je m'encroûte totalement, bloquée que je suis en position statique...

 

Autre nouvelle, meilleure celle-ci : après des mois d'incertitude et de péripéties dont je me serais bien passée, je sais maintenant où je travaillerai à la rentrée scolaire.

Soit dans un établissement situé à un vingtaine de minutes de trajet de mon domicile.

Ouf !

Je me sens soulagée, car je craignais de me retrouver mutée beaucoup plus loin : les places sont chères en campagne !

En attendant, et après m'être vigoureusement manifestée auprès de ma hiérarchie, je m'étais trouvée en poste dans ma ville, en sursis, et là encore dans un poste où mon travail était réduit au strict minimum : une bonne chose qui m'a permis d'effectuer les formation décrites ci-dessus.

Et de créer pour chacune d'entre elles un document de plus d'une centaine de pages chacun.

 

Donc ma voici prête à commencer un nouveau chapitre de ma vie.

En effet, je ressens la fin d'un cycle et le début d'un nouveau que j'espère plus enrichissant.

 

Malgré tout, je traîne encore des casseroles : aucune de mes anciennes collègues ne m'a rappellée depuis janvier (après la fermeture de la structure dans laquelle nous travaillions ensemble) pour me demander de mes nouvelles.

Tous mes proches me disent de tourner la page, moi aussi, mais cela m'est toujours difficile : il me faut encore lâcher prise et comprendre que je ne peux plaire à tous... Un dernier élastique à faire lâcher dans ma quête vers une meilleure connaissance de moi-même.

 

Sinon, relâche question lectures, à part une orgie de bit-lit, ouvrages à mi-chemin enter Twilight et Barbara Cartland, de quoi me changer les idées sans me prendre la tête.

Une bonne douche intellectuelle avant de reprendre la lecture d'ouvrages (beaucoup) plus intéressants.

 

Bref, je me sens enfin rebondir !

Repost 0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 12:05

Voici une vidéo qui m'a été envoyée : je vous la laisse découvrir...

 

 

 

 

Repost 0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 09:40

depression.jpg

 

Eh oui,  la première ingestion de ma "pilule du bonheur" m'a déjà fait du bien, et je me retrouve enfin telle que je suis, plus sereine, vivante... normale, quoi.

 

Et sans pour autant me sentit trankée, shootée, étouffée par une couverture chimique ou endormie, nageant dans un océan de ouate grise.

 

En fait, la molécule active de ce médicament est le citalopram, un inhibiteur de la recapture de la sérotonine.

Découvert il y a plus de 20 ans, il agit directement au niveau des synapses du cerveau pour empêcher la baisse du niveau de sérononine dans celles-ci.

La sérotonine est un neurotransmetteur ayant le double rôle d'hormone locale et de neuromédiateur du système nerveux central et joue un rôle important dans les changements d’état émotionnel.

 

Et mon taux de sérotonine remontant, mon moral fait la même chose, ce qui me rend moins sensible au stress et autres "agressions" extérieures. Et me donne (enfin !) envie de bouger au lieu de pleurer et me renfermer sur moi et ma douleur.

 

Ainsi donc, les sources d'une dépression peuvent n'être que physiologiques, et non forcément psychiques, contrairement à ce qui était couramment pensé une époque.

Quoique le stress induise une baisse de sérotonine, qui induit... et c'est le serpent qui se mord la queue, spirale infernale conduisant à la dépression.

 

Il paraît que cette molécule est connue, fiable, sans les effets secondaire des benzodiazepines (lexomil,, qui sont des psychotropes anxyolitiques : impression d'êetre assommée, interactions avec l'alcool, dépendance.

 

par contre, il est vrai que je me retrouve avec une sensation légèrement nauséeuse et un goût amer et douceatre dans la bouche.

Mais c'est peu payé au regard de ma situation précédente !

Repost 0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 13:53

Ca y est, le verdict est tombé...

 

Car essayer d'aider quelqu'un en dépression depuis plusieurs mois est usant.

Car je n'en peux plus.

Car je navigue entre état heureux (tout va bien aujourd'hui) et plongée abyssale dès qu'un mot ou une phrase un peu vive plonge l'autre dans les abimes du souvenir n'est plus envisageable.

Quand la relation de couple ne tient plus qu'au fil de l'amour, effiloché par la réaction épidermique de l'un ou l'autre, initiée tous les passifs dûs au passé...

Je jette l'éponge.

Je pensais être forte, mais moins que voilà quelques dizaines d'années.

Et je me rends compte que c'est, ou demander de l'aide à mon médecin, ou aller droit dans le mur.

Et je préfère encore une aide chimique à participer à détruire mon couple.

 

Je viens de me remettre à fumer.

Et j'attends avec impatience ma petite pilule du bonheur.

 

Pour recommencer à vivre.

Repost 0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 10:18

Me revoici de retour sur ce blog.

 

Par suite de divers problèmes personnels, nous n'avons guère quitté notre demeure, en profitant pour effectuer quelques travaux et rangements.

Malgré tout, le moral n'étant pas de la partie, je ne puis dire que ce furent de "bonnes" vacances, avec leur lot de stress, de déprimes et de baisses de moral.

 

Ceci dit, rien de catastrophique, seulement de grands changements à essayer de prévoir (et accepter !) dans les mois à venir.

 

Nouveau chemin de vie en perspective... qui pourra être plus ou moins dur à vivre pour nous tous.

 

En attendant, me revoici au boulot, dans un bureau-sauna (30° hier, malgré volets fermés et courants d'air), à expédier les courriers reçus et les petites tâches.

 

A essyaer de trouver une occupation.

 

Je vous embrase et vous dis à bientôt !

Repost 0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 08:30

concombre-potageres-dargaud.jpg

 

Actuellement, le concombre tueur n'arrête pas de faire des ravages dans le monde déjà fort en péril- des agriculteurs,  plus précisément dans celui des maraîchers depuis l'annonce intempestive des riques liés à la consommation de certains légumes.

 

La cause ? La bactérie Escherichia coli,  habituellement hôte de nos intestins.

Malheureusement, cette forme mutante est dramatiquement létale : résistante aux antibiotiques, elle provoques des diarrhées sanglantes et des troubles rénaux nécessitant des dialyses.

 

En attendant, elle a également fait subir d'autres dommages, ceux-là causés par l'annonce par les media de sa source présumée : le concombre tueur espagnol !

 

Il faut dire à leur décharge que les autorités sanitaires allemandes puis la commission européenne ont émis à tort des mises en garde contre la consommation de légumes crus (notamment le fameux concombre) en provenance d'espagne : celles-ci avaient été publiées avant le résultat des tests disculpant ces légumes (et ce pays). Plus tard, la Russie, ainsi que d'autres pays ont déclaré l'embargo sur ces légumes.

 

Résultat ?

Des pertes sèches pour tous les agriculteurs concernés : affolés par ces déclarations, les consommateurs ont arrêté, dans ces pays comme partout ailleurs d'acheter des légumes...

 

Et évidemment, ceux-ci ont demandé une indemnisation à hauteur de leurs pertes.

Mais dans ce cas, qui est fautif ?

Les autorités sanitaires qui ont voulu éviter une épidémie (voire une pandémie) massive en émettant un message d'alerte ?

Les media qui ont relayé à qui mieux mieux -même dans notre pays, pourtant non touché par celle-ci, des communiqués effrayants ?

 

Aux dernières nouvelles, il semblerait que ce soit l'Europe qui prenne en charge une partie des frais - soit 210 millions d'euros (alors que l'Espagne assure perdre 210 millions d'euros par semaine, sans compter les pertes des maraîchers des autres pays, dont la France).

 

Réjouissons-nous cependant que l'Allemagne ait fait passer la sécurité avant l'économie : que se serait-il passé si les légumes mis en cause avaient été réellement infectés ? Des hopitaux engorgés, et des milliers de morts à la clef.

Jusqu'ici, nous avons eu une chance folle d'éviter les précédentes pandémies qui se profilaient à l'horizon (pour mémoire, grippes A H1N1 et H5N1), mais qui dit que notre chance va durer éternellement ?

N'oublions pas qu'une bactérie ou un virus mutant peuvent opérer de sévères ravages dans notre population, pour peu qu'aucun traitement ne soit possible (bon, en fait, il est vrai qu'il n'existe AUCUN traitement contre les virus)

 

Reste à arriver à indemniser les pertes réelles, ou a aider ces professionnels en péril.

 

En attendant, je continue à faire ce que je faisais habituellement : laver (et tremper) les légumes frais dans une eau fortement vinaigrée, histoire de les désinfecter de manière naturelle.

Pour information, dans les cantines scolaires, il est obligatoire de les laisser quelques minutes dans une eau additionnée d'eau de javel avant de bien évidemment les rincer.

 

Illustration Le concombre masqué- Editions Dargaud

 

Repost 0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 10:17

En ce moment, une campagne officielle "plan séisme" a été initiée pour permettre aux français de mieux comprendre les risques sismiques, voire à s'y préparer : conséquence de celui qui a ravagé le Japon dernièrement ?

 

Ayant fait des (brèves) études de géologie et étant étudié évidemment ce thème, je ne peux que relayer cette campagne, même si je trouve sa vidéo d'accroche agaçante au possible :

 

 

 

 

Le site gouvernemental dédiié est bien fichu : il permet de découvrir les risques sismiques de votre région, ainsi que les moyens de s'y préparer passivement (lors de la construction de bâtiments) ou d'y faire face.

 

Ainsi, cette vidéo, qui explique simplement causes et remèdes :

 

 

 

 

Ceci n'est pas une nouveauté pour moi qui ai habité la Côte d'azur : les normes para-sismiques étant obligatoires dans toute construction de la Principauté de Monaco, toute proche.

Et il faut dire que la région méditerranéenne attend son ground zéro elle aussi : on sait qu'il arrivera... mais quand ?

Bon, il faut dire que notre pays ne comprend pas de risque majeur, les zones de subductions les plus proches se situant au sud de l'Espagne (affrontement des plaques afro-européennes).

 

Je ne saurais que vous conseiller d'aller faire un tour, non pour prendre peur à tort, mais juste pour comprendre !

Repost 0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 10:40

 

 

affiche-20x30.jpg

 

Et voilà, Miroirs du Futur est terminé !

 

Ce festival auquel j'ai consacré temps de temps et d'énergie a fermé ses portes après 3 jours d'émotions énormes, bonnes (beaucoup !) ou mauvaise.

 

Samedi midi, j'ai souffert d'une descente de speed : peu - pas assez !- de monde dans la matinée, alors que de GROSSES pointures étaient présentes et nous faisaient cadeau de leur temps, de leurs compétences et de leur disponibilité.

Le public avait du préférer se promener et profiter du soleil ...

 

Quoiqu'il en soit, un moment de découragement intense m'a submergée après toutes ces semaines de travail intense de préparation, ces réglages fins de l'organisation, cette peur d'oublier des choses ou d'en  rater d'autres.

A tel point que je me posais la question de tout arrêter, ou de viser autre chose.

 

Cependant, ce qui fait la force de ce festival (et je l'ai entendu maintes fois) est son accueil, dû à la petite troupe que j'ai fédéré autour de mon projet.

 

Et je pense pouvoir dire que ce festival est basé sur l'amour : celui que me portent "mes" bénévoles, quel que soit sa forme : car beaucoup de ces personnes n'ont qu'un faible intêret (voire pas du tout) pour ce domaine et pourtant elles m'ont suivies, nous ont suivies, les trois devenues quatre mousquetaires fondatrices de cet évenement.

 

Donc, merci à elles, à nos maris, nos amis, à nos familles qui nous (et surtout moi) ont supportées pendant ces moments où un seul dessein nous habitaient : la réussite du festival !

Et merci avant tout à cherettendre, tout juste sorti d'opération, qui a pris mon relais dans la maison (que j'ai plus que négligée pendant tout ce temps). Il a souffert sans se plaindre et est resté, fidéle comme un roc, à mes côtés, me soutenant, me poussant à me surpasser et, surtout, en me disant "je savais que tu  pouvais le faire".

 

Pendant ce temps (2 mois ?), ce projet passait avant tout et j'étais rivée à mon ordinateur, jonglant entre les mails, les tableaux excel, les memento (que j'oubliais partout) et mon portable.

 

D'ailleurs je remercie particulièrement Apple et son i-phone, auxiliaire précieux de ce festival ! (;o))

Je crois que si je l'avais pu, je me le serai fait greffer sur le bras, tellement il me suivait en permanence, me permettant, outre sa fonction de téléphone, de relever mes boîtes mails,  retrouver des courriers, lire des documents, retrouver des adresses ou contacts.

 

Il m'a d'ailleurs été particulièrement utile alors que notre ordinateur rendait l'âme vendredi dernier, au début du festival !

Ce lâcheur a d'ailleurs pu être réanimé hier, calmement : aurait-il paniqué devant l'ampleur du travail demandé et décidé de se faire porter pâle ?

Je l'en soupçonne fortement !

 

Quoiqu'il en soit, me voici au bout de cette aventure... pour cette année.

Et après un premier bilan -positif-, prête à repartir pour de nouvelles aventures, plus grandes, mieux encore, et toujours à Civray !

Repost 0