Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 20:19

Cet après-midi, je suis allée visiter avec cherettendre La planète des crocodiles de Civaux, dans la Vienne.

 

photo-copie-1.JPG

Situé sous un graaaannnnnd chapiteau en verre faisant office de serre, chauffée par l'eau provenant du circuit de refroidissement de la centrale nucléaire toute proche, ce site est à visiter, surtout par temps pluvieux : vous serez totalement dépaysé ! photo-1-.JPG

 

Et contrairement aux autres sites gérés par le groupe Vertmari

ne que j'ai visités, j'ai été, cette fois, agréablement surprise !

En effet, je ne recommanderai pas la visite

- du Musée du Vieux Cormenier, dans le lequel le visiteur se promèène au gré d'une cinéscénie plutôt froide,n'ayant rien à voir avec les animations parfois présentées sur le site et que je recommand, notamment la fête des blés.

- ni de l'Ile aux serpents, accumulation de terrariums dans lesquels des serpents sont exposés, souvent en un seul exemplaire.Visite intéressante, mais sans plus. Il est vrai qu'étant donnée la saison, peu d'animaux étaient présentés en extérieur.

Par contre, ici, le visiteur se promène dans des allées bordées de plantes exotiques, longeant les bassins abritant des centaines de crocodiles, caïmans et gavials. Sans parler des tortues et autres poissons.

jungle.jpg

 

Le tout parfaitement expliqué par de petits écriteaux, sans parler des guides, très aimables.

Bref, un voyage dépaysant et parfaitement programmé.

 

Cerise sur le gâteau : dans l'espace buvette (aménagé avec du mobilier colonial), les consommations étaient vendues à des prix corrects, identiques à ceux d'un bar. Appréciable par cette chaleur.

 

Seul bémol : pas d'ombre dans les parkings, les arbres étant encore trop jeunes. Alors, n'oubliez pas eau et ombre si vous laissez votre animal dans la voiture (animaux interdits dans le site).

 

Bonne promenade !

Repost 0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 17:37

Ca y est, le printemps est officiellement là, et le temps le confirme : beau soleil, températures en hausse.... que du bonheur.

 

Et il faut dire que c'est la première fois que l'hiver aura duré aussi peu de temps !

Mon marqueur en cela est ma couette : installée en décembre, je viens de l'enlever du lit car par trop étouffante, même pour moi.

 

J'ai déjà tombé collants et pulls, ayant le besoin de sortir jambes nues afin de me gorger de soleil et refaire le plein de vitamine D : trop habillée, j'étouffe littéralement.

 

Et avec le beau temps me vient l'envie de nettoyer la maison, de bouger, de sortir vers de grands horizons.

 

Dimanche dernier, nous sommes allés, cherettendre et moi, nus promener et déguster un plateau de fruits de mer à La Rochelle, dans le restaurant André.

Certes, il est un peu cher, mais quel plaisir de déguster un grand plateau ultra-frais dans un cadre splendide !

 

andre-plateau.jpg

 

Bref, nous nous sommes régalées et avons passé une journée splendide à nous promener en bord de mer : pour moi, le dod-nu était de rigueur, tellement la chaleur était forte !

 

Un bon avant-goût de l'été...

Repost 0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 16:01

ZAZ.jpg

 

En ce moment, une chanson me trotte dans la tête : La Fée, de Zaz.

Bien que n'étant pas particulièrement fan de cette chanteuse, cette chanson m'émeut particulièrement, je ne saurais dire pourquoi, tellement que je la réécoute sans cesse...

 

Peut-être parce qu'en ce moment, je passe une mauvaise mériode et que dans ce cas je me plonge dans les musiques lentes et nostalgiques ?

 

En attendant, la voici, donc :

 

 

 

accompagnée de ses paroles, trouvées sur parolesmania.com :

 

Moi aussi j'ai une fée chez moi
sur les gouttières ruisselantes
je l'ai trouvée sur un toit
dans sa traîne brulante
c'était un matin ça sentait le café
tout était recouvert de givre
elle s'était cachée sous un livre
et la lune finissait ivre


Moi aussi j'ai une fée chez moi
et sa traine est brulée
elle doit bien savoir qu'elle ne peut pas, ne pourra jamais plus voler
d'autres ont essayé avant elle
avant toi une autre était là
je l'ai trouvé repliée sous ses ailes
et j'ai cru qu'elle avait froid


Moi aussi j'ai une fée chez moi
depuis mes étagères, elle regarde en l'air
la télévision en pensant que dehors c'est la guerre
elle lit des périodiques divers,
et reste à la maison
à la fenêtre, comptant les heures
à la fenêtre, comptant les heures...


Moi aussi j'ai une fée chez moi
et lorsqu'elle prend son déjeuner
elle fait un bruit avec ses ailes grillées
et je sais bien qu'elle est déréglée
mais je préfère l'embrasser ou la tenir entre mes doigts


Moi aussi j'ai une fée chez moi
qui voudrait voler mais ne le peut pas...

 

 

 

ainsi que le clip tout mignon de la première version (moins réussie, à mon avis).

Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 09:06

1135375812_d2cacb9937.jpg

 

Pendant mon adolescence, l'achat d'une paire d'espadrille inaugurait pour moi le début de l'été, et c'est avec beaucoup de sérieux que je lancais chaque année dans l'achat de celles qui allaient m'accompagner pendant quelques mois.

 

Et là, je vous parle de vraies espadrilles, à la semelle en corde surmontée d'un voile de coton  point de ces mutantes venus d'extrème-orient et souvent enrobées de plastique.

 

Le choix de couleur était un choix cornélien : il fallait qu'elle s'adapte à ma garde-robe (principalement composée de bikinis, de serviettes de plage et de short), que je pense pas m'en lasser au fil des jours, qu'elle se patine joliment et mette mon bronzage en valeur !

 

La première approche concrète de la chose était difficile : entre l'absence de talon et la raideur certaine de la semelle, sans parler de l'accoutumance à la toile un peu rèche, cela faisait beaucoup pour mes petons plus habitués aux lanières et aux talons hauts de mes sandales.

 

Mais une fois désaccoutumée, quel plaisir que celui de chausser le confort de ces espadrilles, mi-chaussons, mi-chaussures. C'est bien simple, elles m'accompagnaient partout et tout le temps,  hormis lorsque je préférais l'absence de tout chaussant - ou que je voulais me la jouer glamour le temps d'une soirée.

 

Par contre, je ne supportais pas le négligé du rabat écrasé sous le talon : pour moi, il me la fallait bien nette, englobant mon talon sans faire aucun pli !

 

Seul inconvénient : il était inenvisageable de les laver, ou de les mouiller pareillement, sous peine de les voir se transformer en d'innommables objets puants, reconnaissables de loin à leur odeur, même aussitôt séchées au fort soleil de la Côte d'Azur.

 

Et le dernier geste des vacances était de prendre cette paire chérie qui m'avait fidèlement accompagnée jusqu'au bout des vacances, devenue souvent usée et déchirée au fil des kilomètres avalés, et de la poser précautionneusement dans la grande poubelle pour son dernier voyage.

 

Cela fait des années -que dis-je, des décennies- que je n'ai plus rechaussé d'espadrilles, mais la nostalgie m'est venue d'elles, en lisant un billet qui leur est consacré, et dans lequel j'ai appris avec effarement qu'elles étaient devenues "hype", objets de mode vendus plusieurs dizaines d'euros dans des boutiques branchées, maquillées d'imprimés improbles (et importables ?).

 

Peut-être, d'ailleurs, vais-je en racheter, mais des toutes simples, fabriquées en France, souvenir de mes années d'adolescence...

 

Illustration trouvée sur FlickR

Repost 0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 09:57

banclombaire1.jpg

Enfin ! Je peux reprendre le sport après un arrêt de 6 mois, dû à mes petits soucis de tendinites.

Me revoici donc de retour à la salle de sport depuis la semaine dernière, et encore, avec l'accord des animateurs : pas question de faire n'importe quoi avec mes 2 tendons fragilisés !

 

Dons, à moi le bonheur des abdos et autres cardio-training, histoire de remettre petit à petit la machine en marche.

Max, l'un des coaches m'avait dit que ça reviendrait vite, vu ma motivation (marre d'être flagada -et d'avoir pris au passage une demi-dizaine de kilos), mon ancien niveau (bon, pas terrible quand même, mais j'essayais de mover mon corps plusieurs fois par semaine) et mon style d'entraînement (faut que ça fasse mal !).

 

Et pour faire mal, ça l'a fait, les premières fois qui, pourtant, n'avaient rien de difficile : étant interdite de squats (pas question de fragiliser mon tendon d'achille) et de tractions (idem pour mon poignet), ne me restait plus qu'à faire de l'elliptique (10mn), différents exercices abdos (par série de 10) et un peu de marche calme (10mn).

Et croyez-moi que j'en bavais !

 

Et hier, j'ai pu enfin augmenter les doses et le rythme, pour passer à 15 mn de cardio (elliptique et marche très rapide), toujours mes abdos  (15 à 20 à chaque fois), puis des abdos à la machine et des lombaires (ci-dessus).

Plus de la frappe, certes pas avec les poings, mais je me suis dérouillée les coudes : que du bonheur !

 

Et revenir chez soi ressentant une fatigue mâtinée de saine douleur, après une bonne douche délassante ressemble à un petit morceau de paradis.

 

Sans parler qu'à force de passer des journées moroses assise devant un écran à me morfondre, je sentais mon tonus s'évanouir. Et voilà que je le retrouve, et avec lui mon enthousiasme et mon énergie !

 

Bientôt, je recommencerai la marche, mais je n'ose accélerer les choses, analysant mon ressenti pour ne pas repartir dans la spirale de la tendinite.

Repost 0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 08:06

 

 

 

Grâce à cet article d'Aoren, j'ai pu découvrir cette publicité pour une fameuse marque d'effaceur qui vous suggère dans un premier temps de choisir une option : vous basculez alors sur ce site interactif vraiment plus que fun qui vous propose de changer le verbe du titre A hunter [shoots] a bear pour voir la vidéo correspondante.

 

Et ça a marché avec plein de verbes anglais : eat, play, f*** (et je vous assure qu'il faut essayer, je suis ressortie pliée en deux de rire !), dream, love, pick, kill, drink, smoke, watch, work, bath, fart, photography, drive, catch, danse, call et enfin write...

 

Et en prime, vous révisez vos verbes anglais : que du bonheur !

 

Amusez-vous bien avec le nounours !

 

PS : et dites-moi quels autres mots vous avez essayé (et surtout lesquels fonctionnent !).

 

PPS : inutile de les conjuguer (ouf !)

Repost 0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 16:07

 

 

 

Je viens de voir cette vidéo, du backstage du dernier défile de John Galliano pour Dior, dont les images m'ont rappelé un autre style, près de 40 ans plus jeune.

 

galliano2

 

Rappelez-vous...

 

galliano

Rappelez-vous.....

 

Ces demoiselles aux yeux noirs et à la bouche prune, surmontés d'un petit bibi me font penser à celles-ci, mondialment connues et qui furent les égéries de la marque montante Cacharel, shootée par Sarah Moon :

sarah-moon-cacharel1-copie-2.jpeg

 

 

 

 

 

 

Quel plaisir de retrouver ces maquillages et habits qui ont marqués notre adolescence !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et je vous conseille d'aller faire un tour sur le site de james Bort, photographe plus que talentueux, auteur de ces photos de backstages, et de bien d'autres : vous y ferez des rencontres surprenantes !

Repost 0
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 08:46

5227185430_31a201de64.jpgPhotographie de Michaël Holden - visitez son site ici

 

Je vais certainement passer pour une mère indigne, mais maintenant que nos enfants sont grands et partis  de la maison (partiellement pour le second, aui aime bien revenir le week-end), nous jouissons, cherettendre et moi, d'une seconde jeunesse, d'un retour aux têtes-à-têtes amoureux.

 

Et nous en profitons bien agréablement, découvrant peu à peu notre liberté retrouvée, toute empreinte d'amour et de tendresse.

 

Ainsi, l'autre soir, il m'a proposé de faire une partie de billard (notre nouvelle passion partagée), qui est devenue plurielles, celles-ci s'éternisant jusqu'à ce que nous mangeions sur place : sortie d'autant plus agréable qu'elle n'était pas prévue.

 

Et il est drôle de ne plus avoir à regarder la montre, de ne plus être tenue par les repas à heures fixes, le travail de la maison a effectuer, bref, par toutes ces petites chaînes que nous nous forgeons, au nom du devoir, ou des habitudes.

 

Nopus sommes maintenant nos seuls maîtres, et n'avons plus de "comptes" à rendre à quiconque : une nouvelle jeunesse, vous dis-je !

 

Et d'autant plus précieuse que nous savons qu'elel ne sera pas éternelle.

 

Aussi en profitons-nous encore mieux... en attendant de reprendre le collier plus tard avec les petits enfants qui viendront un jour augmenter notre famille.

 

Chaque âge a ses bonheurs, encore faut-il savoir les saisir !

Repost 0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 11:51

4833758945_1070450429.jpgillustration trouvée sur Flickr

 

Ah ! Si vous me voyiez aujourd'hui, je crois que vous éclateriez de rire à ma vue !

 

En effet, le froid ayant un effet déplorable sur moi, j'ai appliqué la théorie des oignons pour me tenir chaud : de nombreuses et fines couches de vêtements superposées me garantissent une chaleur idéale...

 

Et au passage, j'ai pris quelques centimètres de tour de taille (et de poitrine, et de cuisses...), ce matelassage arrondissant mes formes de la plus (ou moins ?) esthétique manière.

 

Jugez-en un peu :

Sous mes cotillons (une longue jupe doublée), j'ai une paire de leggings bigarrés portés sur une graaaande paire de chaussettes XXL décorées... de flocons de neige.

Le tout porté avec des moon-boots métallisés bronze.

 

Plus haut, sur mon T-shirt à manches longues, j'ai un pull douillet, blanc et beige, orné de perles argentées disposées en étoiles, sous un grand gilet rayé panthère, orange et noir.

 

Et si je dois sortir, j'ai mon anorak rouge métallisé, XXL lui aussi, ma paire de gants beige et mon petit chapeau/béret gris chiné, incliné coquinement sur l'oeil et, surtout, emboîtant bien mes oreilles.

 

Un tableau original, et qui ne passe pas inaperçu, mais la discrétion n'étant pas ma préoccupation première (et c'est peu de le dire), je m'en fiche, le but  de me protéger de le froidure ambiante étant ainsi atteint.

 

Malgré tout, cet accoutrement ne m'a pas empêchée, hier soir, de me faire tremper le visage par les gros flocons de neige que le vent m'envoyait en pleine figure...

Je devrais ajouter, pour que la tenue soit parfaite, cache-col et masque de ski à ma panoplie !

 

Bientôt je serai au point !

 


Repost 0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 16:06

utopiales.jpg

sources : http://www.utopiales.org

 

Si tout va bien, lorsque vous lirez cet article, je serai à Nantes, avec Domamido : toutes deux y sommes parties pour participer à la grande fête d'Utopiales.

 

Nous retrouverons les auteurs, dessinateurs, conférenciers de science, de science-fiction et de fantstique que nous connaissons déjà, et en découvrirons d'autres, plus ou moins inconnus.

 

Nous nous y rendons en professionnelles, munies d'une accréditation presse, Domamido en tant que rédactrice en chef de son journal, et moi en tant que chroniqueuse littéraire du même hebdomadaire.

 

Je m'en réjouis à l'avance, et décortique déjà le dossier de presse afin de prévoir à quelles conférences, tables rondes ou présentations je vais bien pouvoir participer.

 

Car même si nous partons trois jours, les quatre heures (au moins !) de trajet nous en ferons perdre une bonne partie.

 

Et je prépare mes valises : les ouvrages à faire dédicacer par leurs auteurs : Philippe Druillet, Aleksi Briclot, Bernard Werber et tant d'autres.... que du beau monde !

 

Je ferai le plein d'échanges, de photographies, d'interviews, de livres ...

Nous y retrouverons aussi nos amis de NooSFère, l'association qui compile toutes les oeuvres francophones dans ce type de littérature : un travail de titan pour une bansque de données impressionnante, à visiter absolument !

 

Le plus ? En ayant l'accès au restaurant et au bar (de Madame Spock !) nous pourrons rencontrer et partager avec tous les intervenants de cette convention francophone.

 

Peut-être même m'y croiserez-vous.

Qui sait ?

Repost 0