Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 08:30

concombre-potageres-dargaud.jpg

 

Actuellement, le concombre tueur n'arrête pas de faire des ravages dans le monde déjà fort en péril- des agriculteurs,  plus précisément dans celui des maraîchers depuis l'annonce intempestive des riques liés à la consommation de certains légumes.

 

La cause ? La bactérie Escherichia coli,  habituellement hôte de nos intestins.

Malheureusement, cette forme mutante est dramatiquement létale : résistante aux antibiotiques, elle provoques des diarrhées sanglantes et des troubles rénaux nécessitant des dialyses.

 

En attendant, elle a également fait subir d'autres dommages, ceux-là causés par l'annonce par les media de sa source présumée : le concombre tueur espagnol !

 

Il faut dire à leur décharge que les autorités sanitaires allemandes puis la commission européenne ont émis à tort des mises en garde contre la consommation de légumes crus (notamment le fameux concombre) en provenance d'espagne : celles-ci avaient été publiées avant le résultat des tests disculpant ces légumes (et ce pays). Plus tard, la Russie, ainsi que d'autres pays ont déclaré l'embargo sur ces légumes.

 

Résultat ?

Des pertes sèches pour tous les agriculteurs concernés : affolés par ces déclarations, les consommateurs ont arrêté, dans ces pays comme partout ailleurs d'acheter des légumes...

 

Et évidemment, ceux-ci ont demandé une indemnisation à hauteur de leurs pertes.

Mais dans ce cas, qui est fautif ?

Les autorités sanitaires qui ont voulu éviter une épidémie (voire une pandémie) massive en émettant un message d'alerte ?

Les media qui ont relayé à qui mieux mieux -même dans notre pays, pourtant non touché par celle-ci, des communiqués effrayants ?

 

Aux dernières nouvelles, il semblerait que ce soit l'Europe qui prenne en charge une partie des frais - soit 210 millions d'euros (alors que l'Espagne assure perdre 210 millions d'euros par semaine, sans compter les pertes des maraîchers des autres pays, dont la France).

 

Réjouissons-nous cependant que l'Allemagne ait fait passer la sécurité avant l'économie : que se serait-il passé si les légumes mis en cause avaient été réellement infectés ? Des hopitaux engorgés, et des milliers de morts à la clef.

Jusqu'ici, nous avons eu une chance folle d'éviter les précédentes pandémies qui se profilaient à l'horizon (pour mémoire, grippes A H1N1 et H5N1), mais qui dit que notre chance va durer éternellement ?

N'oublions pas qu'une bactérie ou un virus mutant peuvent opérer de sévères ravages dans notre population, pour peu qu'aucun traitement ne soit possible (bon, en fait, il est vrai qu'il n'existe AUCUN traitement contre les virus)

 

Reste à arriver à indemniser les pertes réelles, ou a aider ces professionnels en péril.

 

En attendant, je continue à faire ce que je faisais habituellement : laver (et tremper) les légumes frais dans une eau fortement vinaigrée, histoire de les désinfecter de manière naturelle.

Pour information, dans les cantines scolaires, il est obligatoire de les laisser quelques minutes dans une eau additionnée d'eau de javel avant de bien évidemment les rincer.

 

Illustration Le concombre masqué- Editions Dargaud

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires