Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 08:35

510902136_a4055cb584.jpg

 

Il y a quelques décennies, cherettendre et moi habition près de Cannes, et il nous est arrivé de nous y promener à l'époque du festival : nous n'avons jamais vu ni foule, ni stars, nous contentant de baguenauder sur la Croisette et d'admirer, à défaut de célébrités, les belles voitures et les yachts présents.

 

C'est pourquoi j'ai éclaté de rire en lisant le texte ci-dessous, récupéré sur le site de Yahoo cinéma.

N'étant pas égoîste, je vous le fais partager.

 

Chaque année, lorsque la grande parade cannoise s’approche, que vous voyez les journalistes annoncer leur descente sur la croisette, les reportages people s’extasier sur la venue de Brad ou de Jennifer, vous avez un petit pincement au coeur.

Oh pas très long le pincement, mais vous vous dites que ce n’est pas encore cette année que vous ferez partie du grand Barnum.

Rassurez-vous, vous ne ratez absolument rien, on va même vous trouver 10 bonnes raisons pour ne pas aller encore à Cannes cette année.

Ca pourra vous servir d’excuse lors de votre prochain dîner mondain.

1. Avoir un Jury aussi glamour, mais ne pas pouvoir l’approcher à moins de 100 mètres, c’est trop frustrant : De Niro, Uma Thurman, Jude Law, ça ne sert à rien de se faire du mal.

 

2. Faire 1000 kilomètres pour voir « Pirates des Caraïbes 4″, c’est un peu exagéré non ? : en fait, faire un quatrième film sur le sujet était déjà largement exagéré.

 

3. Il y a 10 soirées par jour, toutes plus belles et sélect les unes que les autres, et vous détestez choisir : alors à la place ça sera soirée pizza-chips-Häagen-Dazs vanille fudge à la maison. Plutôt en pyjama donc.

 

4. Vous êtes fan d’Alain Delon : vous ne descendrez donc pas à Cannes l’année où on récompense et honore son vieux rival Jean-Paul Belmondo. Question de respect pour Alain, qui vous remercie au passage.

 

5. Vous savez que vous avez plus de chances de mieux voir et vivre le festival sur Canal+ que sur place : Cannes c’est un peu comme dans un stade, on a l’ambiance, mais on n’a pas les ralentis. En fait, ici c’est même pire: tu ne vois même pas l’écran géant.

 

6. Vous êtes juif et la présence de Mel Gibson sur la Croisette vous inquiète un peu : mais qui me suit en courant avec un crucifix comme ça ?

 

7. Parce que, comme ça, en 10 secondes, vous avez du mal à citer 2 palmes d’or : vous êtes honnête avec vous-même: les People vous attirent un peu, mais le cinéma, c’est pas vraiment votre truc.

 

8. Vous êtes fâché avec Puff Daddy : une sale histoire de yacht pas rendu à temps et de champagne pas frais. Bref vous ne voulez pas croiser votre rival un verre à la main. Vous ne comprenez d’ailleurs toujours pas ce qu’il fait sur place ce monsieur Daddy, vu qu’il n’a pas mis les pieds dans une salle de cinéma depuis 1987 environ.

 

9. Quitte à faire une dépression, autant la faire chez vous plutôt que d’aller voir un film des frères Dardenne : il y aura au moins le réconfort de votre chat.

 

10. Votre suite habituelle au Martinez était prise cette année, et par un italien visiblement en plus : un certain « Bob de Niro » vous a dit le concierge. Dans ces conditions, hors de question de descendre si le confort minimal habituel n’est pas au rendez-vous.

 

11. Les vraies stars ne vont pas à Cannes: Marylin Monroe n’y a jamais mis les pieds : donc par ricochet, vous non plus. Vous êtes au-dessus de ça.

 

12. Vous avez encore un peu d’honneur: jouer des coudes pour obtenir un sourire « email diamant » d’un inconnu célèbre en hurlant son prénom, il y a des petites choses comme ça que vous vous êtes juré de ne pas faire.

 

13. Vous savez qu’il est physiquement impossible de voir plus de 5 films par jour comme tout le monde prétend le faire: et vous détestez mentir en disant que ce film vous a vraiment bouleversé et que la photo était extraordinaire.

 

14. Vous avez réalisé que les Hot d’Or n’ont plus lieu à Cannes: si le cinéma ne sait plus rendre hommage au vrai cinéma populaire, alors vous boudez le cinéma. Et vous attendez la prochaine édition des récompenses du X sur Paris.

 

15. Vous trouvez que cette histoire de montée des marches c’est gentiment désuet: Cannes mérite au moins un escalator, le sud de la France est beaucoup plus évolué qu’on le dit. Et vous, vous en voyez d’autres des raisons de rester chez vous ?

 

Illustration trouvée sur FlickR

Repost 0
Published by Cybione - dans Humour
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 09:59
Pour changer des choses tristes de ces derniers jours, voici le texte d'un mèl envoyé par un ami et dont j'ai voulu vous faire profiter à mon tour ...

Réponses d'élèves
à un examen de français :


 
1.        Soit la phrase : « le voleur a volé les pommes ». Où est le sujet ?
Réponse :     
En prison.


 
2.         Quel est le futur de « je baille » ?
Réponse :     
Je dors.


 
3.        Qu'est-ce que de l'eau potable ?
Réponse :     C'est celle que l'on peut mettre dans un pot sur la table.


4.        Qu'est-ce qu'est un oiseau migrateur ?
Réponse :     
C'est celui qui ne peut se gratter que la moitié du dos.


5.        Quoi faire la nuit pour éviter les moustiques ?
Réponse :     
Il faut dormir avec un mousquetaire.

 
6.        À quoi sert la peau de la vache ?
Réponse :     
Elle sert à garder la vache ensemble..

 
7.        Pourquoi le chat a-t-il quatre pattes ?
Réponse :     
Les deux de devant sont pour courir, les deux de derrière pour freiner.


8.        Quand dit-on « chevaux » ?
Réponse :     
Quand il y a plusieurs chevals..


9.        Qui a été le premier colon en Amérique ?
Réponse :     Christophe.

 

10.        Complétez les phrases suivantes :

    
a)           À la fin, les soldats en ont assez ...
Réponse :     
d'être tués.

     b)           Je me réveille et à ma grande surprise ... 
Réponse :     
je suis encore vivant.

     c)            La nuit tombée ...
Réponse :     le renard s'approcha à pas de loup.

 
11.
        Pourquoi les requins vivent-ils dans l'eau salée ?
Réponse :     
Parce que dans l'eau poivrée, ils tousseraient tout le temps.

 
12.
        L'institutrice demande : « Quand je dis "je suis belle" quel temps est-ce ? »
Réponse :     
Le passé, madame.


Il y a de l'espoir !
Repost 0
Published by Cybione - dans Humour
commenter cet article
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 17:05
Je n'ai pu résister au plaisir de vous transmettre ce petit article copié (avec son autorisation) sur le blog de Nick LEPAF : MEDIATIC' DICO.

En cette fin de la belle année 2009, un jury tenu secret a attribué les Marius de l’info. Nous vous en révélons en exclusivité le palmarès :


MARIUS D’OR : « Panique à Copenhague » de Ban Ki-moon.
Le plus gros budget du cinéma mondial, 119 stars internationales, 15.000 figurants, 100.000 manifestants, la production n’a pas lésiné sur les moyens pour ce film de science fiction dont on attendait beaucoup.
Mais une fois encore Ban Ki-moon déçoit avec un scénario tiré par les cheveux où les adeptes de la secte GIEC n’arrivent pas à faire triompher le Bien sur la planète.
Échec, fiasco, mascarade, flop, bide, désastre… les mots manquent pour qualifier ce navet digne de la filmographie onusienne.


GRAND PRIX DU JURY
: « Artificial coma » de Johnny Hallyday. Infection, coma, imbroglio juridique sont les ingrédients de ce thriller. Si vous y ajoutez une meute people de vautours et rapaces, vous avez la recette de ce film décevant qui a pourtant fait des millions d’entrées. On attendait mieux de ce grand rocker.


MEILLEUR RÉALISATEUR : Nicolas Sarkozy pour « Il faut sauver la planète ».
Ce touche à tout boulimique nous surprend encore avec un film catastrophe où le héros court le monde pour combattre les citadelles banquières et les réchauffeurs climatiques.
Hélas, le résultat n’est pas à la hauteur et le film a rencontré un échec cuisant en salle.

MEILLEUR ACTEUR : Thierry Henry dans « Prête-moi ta main ».
Adulé par les uns, vilipendé par les autres, cet acteur sort de son registre habituel et crève l’écran dans un rôle de traître.
On attend avec impatience son prochain film « Out of South Africa » qui sortira l’été prochain.


MEILLEURE ACTRICE : Martine Aubry dans « Elle voyait des éléphants partout ».
L’histoire d’une secrétaire qui monte à Paris pour s’engager dans un cirque.
Cette comédie bouffonne traîne en longueur, mais elle est sauvée par le jeu exceptionnel de cette interprète découverte dans « La dame des 35 heures ». Elle n’a pas fini de nous étonner.


MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND RÔLE
: François Fillon dans « To be or not to be ».
Un drame psychologique où le héros balance sans cesse entre l’intense envie d’être et la sage docilité ne pas exister.
Cet acteur qui a la réputation d’un travailleur, fait son chemin, sans bruit ni faux-semblants. On espère qu’avec le temps il décrochera un premier rôle bien mérité.


MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND RÔLE
: Carla Bruni dans « La discrète ».
Unanimement saluée par la critique, la prestation de cette actrice impose le respect.
Il fallait beaucoup de personnalité pour éclipser son époux exhibitionniste joué magistralement par Nicolas Sarkozy.

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN
: Michael Jackson dans « Là-haut ».
On le croyait fini, ruiné, au banc de la société pour ses frasques enfantines, et voilà qu’il crève l’écran dans cette œuvre originale qui rencontre un succès planétaire.
Au point que certains se prennent à rêver d’un « Là-haut II ».


MEILLEUR ESPOIR FÉMININ
: Roselyne Bachelot dans « Virus attacks ».
L’héroïne se bat pour vacciner un pays entier.
La scène finale où le virus, après plusieurs mutations, décime tous les vaccinés et seulement les vaccinés restera dans les annales du cinéma.


PRIX DE LA MISE EN SCÈNE : Ségolène Royal pour « L’incroyable voyage ».
Un drame psychologique où l’héroïne, débarquant par surprise à Dijon dans ce qu’elle croit être sa famille, se voit rejetée et chassée par les siens.
Film après film, cette réalisatrice hors normes nous étonne toujours.
La prestation de Vincent Peillon en cocu magnifique mérite d’être relevée.


MEILLEUR SCÉNARIO ORIGINAL
: Dominique Villepin pour « Le Procès ».
Pièges, embrouilles, trahisons, pour ce polar plein de rebondissements qui se déroule dans le petit monde de Clearstream.
Avouons que le spectateur s’y perd un peu. Réservé aux cinéphiles avertis inconditionnels de Villepin.


MEILLEUR PREMIER FILM : « Main basse sur la TVA » d’André Daguin.
Ce drame historique, qui se passe à la Restauration, nous entraîne dans les méandres d’un guet-apens tendu par des brigands sans scrupules.
Nul doute que l’exploitation et les produits dérivés du film, dont le tournage a duré sept ans, rapporteront gros à la production.
Avec cette première œuvre, Daguin se classe parmi les maîtres de l’illusion.


MEILLEUR COURT MÉTRAGE : « Sans défense » de Jean Sarkozy.
Une mise en scène irréprochable, un sens inné du spectacle, un suspens savamment entretenu jusqu’au retournement final… le spectateur est pris sous le charme.
A quand un long métrage de ce jeune réalisateur plein de talent ?


MEILLEUR FILM DOCUMENTAIRE
: « Vacances thaïlandaise » de Frédéric Mitterrand.
Un film intimiste tourné avec de petits moyens.
Vous y découvrirez la Thaïlande et les garçons thaïlandais comme vous ne les avez encore jamais vus.
Étonnant.


MEILLEUR FILM ÉTRANGER
: « Identité nationale » d’Éric Besson, adapté du roman « Victoire aux régionales ».
L’imagination et le talent de ce jeune réalisateur parviennent à rendre crédible un scénario franchouillard qui traite des cultures nègre, maghrébine et musulmane.
Vous ne pouvez pas le rater, il est à l’affiche dans plus de deux cent salles en France.


MEILLEURE MUSIQUE : Les Jeunes Populaires pour « Tous ceux qui veulent changer le monde ».
Cette comédie musicale sans prétention et à petit budget revisite l’œuvre du grand artiste Luc Plamondon.
De nombreux acteurs du gratin gouvernemental ont participé bénévolement à cette création qui fait honneur à l’exception culturelle française.

MEILLEURE PHOTO
: Brice Hortefeux pour « Il ne correspond pas du tout au prototype ».
Des images criantes de vérité tournées caméra au poing dans le paysage landais.
Ne révélez pas à vos amis qui est ce « il » dont l’identité nationale n’est dévoilée qu’à la dernière scène.


MEILLEUR SON
: Rachida Dati pour « L’Européenne ».
Sa réplique dans une cabine téléphonique « J’en peux plus, je n’en peux plus » va rejoindre les dialogues cultes du cinéma français que chacun connaît par cœur : « Atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? », « J’ai dit bizarre ? comme c’est bizarre ! », « T’as de beaux yeux tu sais »…


MEILLEURS COSTUMES : Jean-François Copé pour « Burqa dans la ville ».
Ce film d’auteur en noir et blanc présente peu d’intérêt sinon les costumes imaginés par Copé, un des meilleurs accessoiristes du moment.
Parions que la burqa revisitée sera très tendance sur les lieux branchés de l’été.


MEILLEURS DÉCORS : Christine Lagarde pour « La magicienne de Bercy ».
Les ors des Ministères et des Palais internationaux ne suffisent pas à nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
Les grandes tirades sur la fin de la crise et le pouvoir d’achat restauré tombent à plat, malgré le faste des décors. A voir uniquement si vous voulez rêver quelques instants dans une salle obscure.


MEILLEUR MONTAGE : Jean-Luc Mélenchon pour « PDG ».
Un scénario très embrouillé où un éternel ado quitte sa famille d’accueil pour vivre seul dans un studio puis se réfugie chez des voisins et part combattre des moulins à vent.
Un exploit du montage pour donner du sens à des séquences aussi disparates que contradictoires.


MARIUS D’HONNEUR POUR L’ENSEMBLE DE SON ŒUVRE
: Charles Aznavour pour sa grande saga « Tiroir-caisse » qui tient le haut de l’affiche depuis plus d’un demi-siècle.
Auteur compositeur, acteur, chanteur, arménien, non imposable,… ce grand Monsieur aura marqué son époque.
On attend beaucoup du dernier épisode « Obsèques » qui se négocie à prix d’or sur le marché des droits audiovisuels.
Repost 0
Published by Cybione - dans Humour
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 11:30

Les demandes des plaignants sont quelquefois... bizarres :


"Comme mon mari doit partir chez les fous, je l’envoie à votre bureau."


"Monsieur le Procureur de la V° République,
Je porte plainte contre mon voisin ..., qui maltraite mon chien, lui tirant la queue et j’ai peur qu’il me fasse la même chose un jour."

"Pour une emboche, il me faudré un estrait de mon casier judiciaire et si possible vierge."

"Je ne peux pas payer votre amende ; je suis une fille honnête, j’ai quatre enfants à nourrir."

"La mairie ayant mentionné qu’à l’occasion de la Foire du 6 mai, qui se tiendra le samedi 5, les services vaqueraient Lundi 7 mai, je vous demande la journée du Vendredi 4 afin de faire renouveler ma carte de séjour."


Il arrive que de drôles de questions soient posées aux témoins dans les tribunaux :



"Le plus jeune fils, celui de 20 ans, quel âge a-t-il ?"

 

"Vous a-t-il tué ? "


"Etait-ce vous ou votre plus jeune frère qui fut tué durant la guerre ?"

 

"Combien de fois vous êtes-vous suicidé ?"


"A quelle distance étaient les véhicules au moment de la collision ?"


"Vous étiez là jusqu'à ce que vous partiez, est-ce exact ?"

 

"Etiez-vous présent quand votre photo a été prise ?"


"Maintenant docteur, n'est-il pas vrai que quand une personne décède dans son sommeil, elle ne s'en rend compte que le matin suivant ?"

 

 



De même, certains échanges frisent l'irréel :

 

Q : M. ..., vous avez fait un voyage de noce très luxueux, n'est-ce pas ?
R : Je suis allé en Europe, monsieur.
Q : Et vous y avez amené votre nouvelle épouse ?


Q : Cette maladie, affecte-t-elle vraiment votre mémoire ?
R : Oui.
Q : Et de quelle manière cela affecte-t-il votre mémoire ?
R : J'ai oublié.
Q : Vous avez oublié. Pouvez-vous nous donner un exemple de ce que vous avez oublié ?


Q : Comment s'est terminé votre premier mariage ?
R : Par la mort.
Q : Et par la mort de qui s'est-il terminé ?

 

Q : Donc, la date de conception est le 8 août ?
R : Oui.
Q : Et que faisiez-vous à ce moment-là ?

 

Q : Avez-vous couché avec lui à New York ?
R : Je refuse de répondre à cette question.
Q : Avez-vous couché avec lui à Chicago ?
R : Je refuse de répondre à cette question.
Q : Avez-vous couché avec lui à Miami ?
R : Non.

 

Q : Elle avait trois enfants, vrai ?
 R : Oui.
 Q : Combien de garçons ?
 R : Aucun.
 Q : Il y avait des filles ?

 

 

Q : Quelle fut la première chose que vous a dite votre mari quand il s'est réveillé ?

R : Il a dit "où suis-je Cathy ?"

Q : Et pourquoi cela vous a-t-il mis en colère ?

R : Je m'appelle Suzan

 


Q : Quel âge a votre fils, celui qui vit avec vous ?
R : 38 ou 35 ans, je ne me souviens pas exactement.
Q : Combien de temps a-t-il habité avec vous ?
R : 45 ans.

 

Q : Pouvez-vous nous décrire cette personne ?
R : Il était de taille moyenne et portait une barbe.
Q : Était-ce un homme ou une femme ?


 

 


Tandis que certains témoins, pleins de bonne volonté, à défaut de comprendre les questions,  font de leur mieux pour répondre :

Q : N'est-ce pas dans le fracas que vous avez été atteint ?
R : Non. J'ai été touché entre le fracas et le nombril.

 Q : Toutes vos réponses doivent être orales. A quelle école êtes-vous allé ?
 R : Orale.

Q : Dans quoi étiez-vous au moment de l'impact ?
R : Un sweat-shirt Gucci et des Reeboks.

Q : Etes-vous qualifié pour fournir un échantillon d'urine ?
R : Je le suis depuis ma tendre enfance.


Q : Ce matin du 25 juillet, vous vous êtes rendu, à pieds, de votre ferme à l'étang à canards ?
R : Oui.
Q : Donc, vous êtes passé à quelque mètres de l'enclos à canards ?
R : Oui.
Q: Avez-vous remarqué quelque chose de spécial ?
R : Oui (le témoin se tait).
Q : Bien, pouvez vous dire à la cour ce que vous avez vu ?
R : J'ai vu Marcel.
Q : Vous avez vu Marcel, l'accusé dans ce procès ?
R : Oui.
Q : Pouvez vous dire à la cour ce que Marcel faisait ?
R : Oui (le témoin se tait).
Q : Bien, pouvez-vous le dire s'il vous plait ?
R : Il avait son truc dans un des canards.
Q : Son "truc" ?
R : Vous savez, sa b... Je veux dire, son pénis.
Q : Vous êtes passé près de l'enclos à canard, la lumière était bonne, vous étiez sobre, vous avez une bonne vue, et vous avez clairement vu ce que vous nous avez expliqué ?
R : Oui.
Q : Est-ce que vous lui avez dit quelque-chose ?
R : Bien sur !
Q : Que lui avez-vous dit ?
R : "Bonjour Marcel".




Greffier : Répétez après moi s'il vous plait: "Je jure devant Dieu...
Témoin : "Je jure devant Dieu..."
G : "Que le témoignage que je vais apporter..."
T : Oui.
G : Répétez-le.
T : "Répétez-le".
G : Non! Répétez ce que j'ai dit.
T : Ce que vous avez dit quand ?
G : "Que le témoignage que je vais apporter..."
T : "que le témoignage que je vais apporter..."
G : "Sera la vérité et..."
T : Oh, oui! Et rien que la vérité!
G : S'il vous plait, contentez-vous de répéter après moi : "sera la vérité et..."
T : Je ne suis pas lettré, vous savez.
G : Nous pouvons le constater. Répétez après moi: "sera la vérité et..."
T : "sera la vérité et..."
G : Dites: "rien...".
T : D'accord. (Le temoin se tait.)
G : Non! Ne dites pas rien. Dites: "Rien que la vérité ".
T : Oui.
G : Pouvez-vous dire "Rien que la vérité" ?
T : Oui.
G: Eh bien, faites-le!
T : Vous m'embrouillez.
G : Dites simplement: "Rien que la vérité"!
T : C'est tout ?
G : Oui.
T : Bien. Je comprends.
G : Alors dites-le!
T : Quoi ?
G : "Rien que la vérité".
T : Mais je le fais! je dirais la vérité.
G : Vous devez dire: "Rien que la vérité"!!
T : Mais je dirais toute la vérité.
G : S'il vous plaît répétez ces quatre mots "Rien", "que", "La", "Vérité".
T : Quoi ? Vous voulez dire, comme ca ?
G : Oui ! Comme cela s'il vous plait. Dites simplement ces quatre mots.
T : "Rien. Que. La. Vérité."
G : Merci!



Alors que certains autres répondent avec esprit
:


Q : Quel est le jour de votre anniversaire ?

R : 15 juillet.
Q : Quelle année ?
R : Chaque année.

 

Q : Et à quel endroit a eu lieu l'accident ?
R : Approximativement au kilomètre 499.
Q : Et où se trouve le kilomètre 499 ?
R : Probablement entre les kilomètres 498 et 500.

 

 

Les plus caustiques étant certainement les médecins légistes :

 

Q : Docteur, avant de faire l'autopsie, avez-vous vérifié le pouls ?
R : Non.
Q : Avez-vous vérifié la pression sanguine ?
R : Non.
Q : Avez-vous vérifié s'il respirait ?
R : Non.
Q : Mais comment donc pouviez-vous être certain qu'il était mort quand vous avez entamé l'autopsie ?
R : Parce que son cerveau se trouvait dans un bocal, sur mon bureau.
Q : Mais le patient n'aurait-il pas pu être en vie quand même ?
R : Il se peut bien qu'il ait été en vie, en train de pratiquer le droit quelque part !

 

Q : Vous rappelez-vous de l'heure qu'il était quand vous avez examiné le corps ?
R : L'autopsie a commencé vers 20 h 30.
Q : Et M. ... était mort à ce moment-là ?
R : Non. Il était assis sur la table et se demandait bien pourquoi je faisais une autopsie.

 

Q : Qu'a donné le prélèvement de tissu vaginal ?
R : Des traces de sperme.
Q : Du sperme masculin ?
R : C'est le seul que je connaisse.

 

Q : Docteur, combien d'autopsies avez-vous exécutées sur des personnes mortes ?
R : Toutes les autopsies que j'ai faites l'ont été sur des personnes mortes.

 

Repost 0
Published by Cybione - dans Humour
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 16:56

Ma femme s'est assise sur le sofa près de moi pendant que je zappais avec la télécommande.
Elle m'a demandé : Qu'est-ce qu'il y a sur la télé ?
J'ai répondu : De la poussière.
C'est là que la dispute a commencé.

Ma femme hésitait au sujet de ce qu'elle voulait pour notre prochain anniversaire
Elle dit : Je veux quelque chose qui a du punch et qui passe de 0 à 130 en l'espace de 3 secondes.
Je lui ai acheté une balance.
C'est là que la dispute a commencé ....

La tondeuse à gazon est tombée en panne, ma femme n'arrêtait pas de me demander de la réparer.
Mais, j'avais toujours autre chose à faire : ma voiture, la pêche, les copains...
Un jour, pour me culpabiliser, je l'ai trouvée assise sur la pelouse occupée à couper l'herbe avec des petits ciseaux de couture.
J'ai alors pris une brosse à dents et je lui ai dit : Quand tu auras fini de couper la pelouse, tu pourras balayer l'entrée?
C'est là que la dispute a commencé ...

Ma femme se regardait dans un miroir.
Elle n'était pas très contente de ce qu'elle voyait.
Elle me dit « Je me sens horrible ; j'ai l'air vieille, grosse et laide.
J'ai vraiment besoin que tu me fasses un compliment sur ma personne! »
Je lui ai répondu : « Ta vision est excellente ! »
C'est là que la dispute a commencé ....

J'ai amené ma femme au restaurant.
Je commande un steak saignant.
Le serveur me dit : « Vous n'avez pas peur de la vache folle ? »
«Non, elle est capable de commander elle-même !»
C'est là que la dispute a commencé...

Ma femme et moi étions à une réunion d'anciens de son école..
Il y avait un homme complètement saoul, buvant verre après verre.
Je demande à ma femme « Tu le connais? »
« Oui », dit-elle en soupirant « Nous sommes sortis ensemble..
Il a commencé à boire quand nous nous sommes séparés.
Il n'a jamais cessé depuis »
Je lui répondis « Qui aurait pu penser que l'on pouvait fêter ça si longtemps ?! »
C'est là que la dispute a commencé .....

En arrivant à la maison hier soir, me femme me demande de la sortir dans un endroit cher.
Je l'ai amenée à la station-service.
C'est là que la dispute a commencé ...
Au supermarché, j'ai demandé à ma femme si nous pouvions prendre une caisse de bière à 25 euros.
Elle me dit non, et, sans me demander mon avis, elle se prit un pot de crème revitalisante pour la peau à 15 euros.

Je lui fis remarquer que la caisse de bière m'aiderait plus à la trouver belle que son pot de crème.
C'est là que la dispute a commencé ...
L'autre jour, j'ai demandé à ma femme où elle désirait aller pour notre anniversaire.
Elle me répond : "Quelque part où ça fait longtemps que je ne suis pas allée »
Je lui ai offert d'aller dans la cuisine.
C'est là que la dispute a commencé ...


Eh oui pour un rien, elles se fâchent....
Allez les comprendre....
Repost 0
Published by Cybione - dans Humour
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 06:40
Juste pour le fun, voici un clip que je viens de voir à la télé...
Bon, il n'est pas très raffiné, mais par contre, il est tellement drôle et bien fait !

Que ceux qui sont allergiques au totalement politiquement incorrect s'abstiennent de le regarder..


Le clip qui déchire 2 : The King of the World





envoyé par leclipquidechire.
Repost 0
Published by Cybione - dans Humour
commenter cet article