Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 08:24

 

 

balance

 

Revenant sur un forum que je fréquentais naguère, j'y ai trouvé ces perles de sagesse.

Parce que, avant d'attaquer un régime quelconque, nous devrions tou(te)s nous demander de prime abord pourquoi nous en sommes arrivé(e)s à ce poids qui nous fait souffrir, et comment nous débarasser de ces pulsions qui nous font manger tant et plus, jusqu'à en grossir parfois démesurément.

Car il est vrai, que soigner le mal sans en soigner la cause ne fait que déplacer le problème et engendre frustrations et autres désillusions. Car, à terme, lenaturel reviendra au galop et nous fera reprendre ces maudits kilos, expression de notre mal-être.

A moins d'avoir un moral de fer et d'accepter de vivre dans un carcan d'acier, restreignant au maximum nos apports alimentaires.

 

Voici donc ce texte :

 

 

 

Conquérir ma liberté vis-à-vis des aliments, ne plus être dépendant

 

- S’interdire certains aliments ne fait que les rendre d’autant plus désirables. La solution n’est pas de faire appel à sa volonté mais de faire la paix avec les aliments qui nous tentent.

- S’affamer en mangeant trop peu à certains repas ou en les espaçant trop rend les envies de manger incontrôlables d’où l’alternance de périodes de sous alimentation avec des périodes d’excès frénétiques. Mieux vaut manger avant d’avoir trop faim.


- Pourrais-je manger ainsi ma vie durant ? Ou bien les modifications que j’envisage constituent-elles des privations qui ne sauraient se prolonger au-delà de quelques mois, quelques années ?

- Ces efforts sont d’autant plus aisés à supporter qu’ils s’apparentent à des décisions résultant d’un accord profond avec soi-même. A l’inverse ils seront d’autant plus insupportables qu’ils s’apparenteront à des contraintes imposées par le monde extérieur.

- Maigrir, se modérer sur le plan alimentaire, devenir une personne mince deviennent des décisions lorsqu’elles sont ressenties comme faisant partie intégrante de soi et non comme quelque chose d’extérieur à soi.

- Mieux vaut un poids un peu plus élevé auquel on se maintient sans privation majeures qu’un poids plus bas mais qui nécessite des restrictions qu’on ne pourra s’imposer longtemps.

- Pourquoi manger toute la tablette de chocolat ? ce n’est pas la faim mais l’envie. C’est l’idée que demain il n’y aura plus de chocolat et qu’il faut prévoir la pénurie et anticiper le manque à venir.

 

- Manger suffisamment lentement, en toute conscience, en se concentrant sur le gout des aliments (éveil des 5 sens).

- Lorsque durant le repas on constate qu’on a moins de plaisir à manger c’est qu’on est rassasié.

- Manger différemment :

 - manger de tout,

 - manger plus lentement,

 - plats moins nombreux,

 - ne pas forcément finir l’assiette.

 

- Ne pas se croire obligé de faire systématiquement 3 fois par jour des repas complets. Possibilité de manger 1 seul aliment ou 1 plat unique.

- Manger avec modération de tout, un peu.

- Respecter ses sensations alimentaires.

 

- On peut manger par excès pour :

 - lutter contre un sentiment d’inexistence, de vide, d’ennui douloureux ;

 - sous l’effet mécanique de sentiments insupportables qu’il s’agisse de contrariétés ou d’angoisse, de tristesse ou de colère ;

 - pour maintenir la souffrance à distance ;

 - pour se faire du bien alors qu’on a bien peu de motifs de satisfaction par ailleurs ;

 - pour se punir car on est insatisfait de soi ;

 - pour se stimuler, parvenir à se mettre au travail, aider à la concentration ;

 - parce qu’on est la proie de pulsions incontrôlables et qu’on mange en excès qans qu’il soit possible de déterminer des raisons autres que biologiques ou profondément enfouis dans un inaccessible inconscient .

 

- Utiliser les fluctuations du comportement alimentaire pour identifier :

  - les évènements,

  - les émotions,

  - les états mentaux, le dialogue intérieur qui sont importants pour moi au point de créer la nécessité de manger.

 

- Les émotions de base sont :

  - la peur

  - la colère

  - l’anxiété

  - l’angoisse

  - la surprise

  - la tristesse

 

- Emotion = réaction primaire dont nous sommes pour l’essentiel spectateur. Nous ne pouvons qu’en prendre acte.

- Dialogue intérieur = commentaire sur ce que nous vivons ainsi que sur les émotions ressenties

 

- Le dialogue que nous entretenons avec nous-même est ce que soutient notre ego, ce qui nous permet de savoir qui nous sommes et qui nous voulons être

 

- Il est bon de reconnaître qu’on ressent, par exemple, de l’animosité vis-à-vis de telle ou telle personne. A partir de là, on peut en rechercher les causes et examiner quelle conduite adopter face à cette personne.

On évitera ainsi nombre de réponses inadaptées dont celle qui consiste à manger pour éviter d’avoir à résoudre cette difficulté relationnelle

 

- Le « vide » intérieur est le plus souvent du au fait qu’on se détourne des sentiments et des pensées qui sont au-dedans de soi, parce qu’ils nous plaisent pas ou nous font peur ou encore parce que nous les jugeons indignes du moindre intérêts

 

- Nous sommes en très grande partie spectateurs de nos pensées et n’avons donc pas à les redouter, nous en affliger ou nous culpabiliser ; nous sommes au contraire responsables de nos actes et de nos paroles. Les rancoeurs, la colère, la haine sont des sentiments ordinaires, banals. Lorsque nous sommes conscients de nos sentiments agressifs nous sommes plus à même de choisir nos paroles et nos actes que lorsque nous les refoulons.

 

- Ne pas avoir une minute à soi, s’occuper des autres et de son travail est une conduite de fuite dont l’objectif est de s’oublier soi-même ou une conduite de réassurance destinée à prouver qu’on n’est pas totalement dénué de valeur

- Si vous n’avez pas 20 min par jour à vous consacrer, pour vous détendre, pour prendre soins de votre corps, c’est que quelque chose ne tourne pas rond dans votre vie

- Ajouter des activités aux activités ne peut que déboucher sur une perpétuelle insatisfaction, la nécessité d’un toujours plus jamais rassasié.

 

Après recherches, ce texte est une compilation de quelques extraits des livres "maigrir c'est dans la tête" et "maigrir sans régime" des Dr Apfeldorfer et Zermati .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Domamido 01/06/2011 17:02



Non, ça va, merci, ne suis pas détraquée, de toutes façons mon toubib m'a prescrit un bilan sanguin complet, on verra bien.



Cybione 01/06/2011 17:07



Alors tout va bien !



Domamido 01/06/2011 16:19



Ceci dit, je ne suis pas aussi radicale qu'il y paraît, on m'a mise en garde - mon médecin, en fait - contre les risques de carences occasionnées par le régime D. alors, maintenant que j'ai perdu
une bonne partie du poids escompté, j'y vais plus doucement, en réintroduisant des fruits, un peu de graisses (huile d'olive), des sucres lents et en gardant les vertus du son d'avoine via les
galettes.


Ma fille aînée fait aussi ww, elle a perdu 4 kg, je vais déjà comparer avec elle les différences des deux méthodes et, en effet, leurs effets sur le long terme. Ce qu'il me fallait, pour me
motiver, c'était une perte de poids rapide, maintenant, je lève le pied.



Cybione 01/06/2011 16:47



Je suis rassurée, car il ne faudrait pas que tu te détraques !



Pïnklily 01/06/2011 15:46



La facilité n'est pas toujours la meilleure solution... Dommage.


Dans la vie il faut savoir ce que l'on veut : "Maigrir à tout prix"ou "maigrir en bonne santé et rester mince"
Tu as fait ton choix, moi le mien... on en reparlera dans quelques mois :)


Bonne continuation !
Pïnklily



Cybione 01/06/2011 16:46



De toutes manières, faut réapprendre à manger sur le long terme.


C'est vrai que compter, c'est fastidieux au début.


Mais moins quand les résultats sont là !



Domamido 01/06/2011 15:42



Pas les ponts, les points, vous aurez compris.



Cybione 01/06/2011 16:45







Domamido 01/06/2011 15:42



Moi, franchement, ce qui me "gonfle" avec WW ou tout autre régime basé sur le comptage, c'est précisément de compter, quand ce ne sont pas les calories, ce sont les ponts, tandis qu'avec D.,
pourvu que l'on sache ce qu'il faut ou ne faut pas manger, c'est facile, on mange ce qui est permis, à volonté.



Cybione 01/06/2011 16:44



De toutes manières, à moins de problèmes métaboliques, si nous grossissons c'est que nous mangeons plus que nous dépensons.


Après, c'est sur qu'il faut se rééduquer d'une manière ou d'une autre.


Et il faut dire que, en bonne gitouette, j'en ai essayé des régimes "miracles" tels que slim data, dukan, groupe sanguin, Montignac...


Et en fin de compte, tous sont décriés a posteriori par le corps médical car présentant des risques pour la santé à long terme .