Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 09:50

Eh oui, nous voici (enfin ?!) devant subir de la pluie au lieu de ce merveilleux (enfin, pas pour tout le monde) beau temps auquel nous nous étions (enfin, moi, oui) habitués depuis près de 3 mois.

 

Dehors, il fait tout gris, tout triste, et le ciel dégringole en pleurs monotones et déprimants.

 

A quand le retour du beau temps ?

Mon coeur désespère et l'attend avec impatience !

 

Pourtant, il semblerait qu'une semaine chaotique et pluvieuse ne nous attende, pour le plus grand bonheur des agriculteurs... et de nos pelouses, sur lesquelles les seules adventices prolifèrent, tiges vertes au milieu du chaume jauni.

 

De même que certaines plantes, comme cette splendide chasse-taupe (euphorbe lathyris ou épurge), dont la taille avoisine le mètre et qui se dresse telle une sentinelle solitaire au milieu du champ de ruines de mon jardin.

 

J'ai bien fait de ne pas m'attaquer à la réfection du jardin cette année, tout aurait grillé en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, car je ne suis pas une adepte de l'arrosage intensif !

 

J'avais d'ailleurs prévu des plantes de type méditerranéen, résistantes et coriaces, en plus de leur fragrances aromatiques (ah ! l'odeur de l'hélichrysum au petit matin !).

 

A suivre.... un jour !

 
Repost 0
Published by Cybione - dans Jardin zen
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 10:17

En ce moment, une campagne officielle "plan séisme" a été initiée pour permettre aux français de mieux comprendre les risques sismiques, voire à s'y préparer : conséquence de celui qui a ravagé le Japon dernièrement ?

 

Ayant fait des (brèves) études de géologie et étant étudié évidemment ce thème, je ne peux que relayer cette campagne, même si je trouve sa vidéo d'accroche agaçante au possible :

 

 

 

 

Le site gouvernemental dédiié est bien fichu : il permet de découvrir les risques sismiques de votre région, ainsi que les moyens de s'y préparer passivement (lors de la construction de bâtiments) ou d'y faire face.

 

Ainsi, cette vidéo, qui explique simplement causes et remèdes :

 

 

 

 

Ceci n'est pas une nouveauté pour moi qui ai habité la Côte d'azur : les normes para-sismiques étant obligatoires dans toute construction de la Principauté de Monaco, toute proche.

Et il faut dire que la région méditerranéenne attend son ground zéro elle aussi : on sait qu'il arrivera... mais quand ?

Bon, il faut dire que notre pays ne comprend pas de risque majeur, les zones de subductions les plus proches se situant au sud de l'Espagne (affrontement des plaques afro-européennes).

 

Je ne saurais que vous conseiller d'aller faire un tour, non pour prendre peur à tort, mais juste pour comprendre !

Repost 0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 08:09

 

Rappelez-vous : il y a quelques décennies, toutes les femmes "mûres", pour ne pas dire "ménagères de plus de 50 ans" se devaient d'être transparentes, habillées toutes de la même manière classique et neutre.

 

Maintenant, elles arborent -et c'est tant mieux !- vêtures colorées et cheveux teints, assortis à leur maquillage.

Un site en parle plus précisémnt : Advanced style, qui nous présente des seniors stylées de tous âges et de tout styles.

Ca fait du bien de voir que de cela :

 

AS2.jpg

 

Nos anciennes sont passées à cela :

 

AS1.jpg

 

J'espère bien devenir (le plus tard possible !) l'une de ces vieilles dames bigarrées et excentriques, si rigolotes !

 

Derniers exemples :

 

AS4.jpg AS5.jpg  AS3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La dernière photo étant dédiée à domamido, cette dame me rappelant un peu une autre de son entourage proche, toujours habillée de façon plus que classique  (tu la vois, habillée ainsi (;o)) ).

 

Quant à moi, je me verrais bien ainsi dans quelques décennies, vieille dame indigne aux yeux de ses enfants, pleine d'entrain et de vie, ne cherchant pas à choquer, mais juste à s'amuser, encore et toujours :

 

Repost 0
Published by Cybione - dans Mes coups de coeur
commenter cet article
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 08:51

 

 

C'est ce que je me suis demandée en regardant cette vidéo, dans laquelle une loutre du Sea World de San Diego joue avec un petit enfant.

Verriez-vous des adultes faire de même ?

 

Que nenni, car dans notre imaginaire, le jeu est destiné aux enfants, non aux adultes, et il ne viendrait à l'esprit de personne de mettre bas sa carapace pour se mettre à courir partout pour jouer ainsi avec un simple animal, pour la beauté du geste, le partage et la joie.

 

Quel dommage !

 

Car  il faut se conforter à des règles essentielles : se fondre dans le rang, ne pas perturber les "règles" admises communément (et obscurément) dans notre société.

Heureusement celles-ci changent sous la pression des hommes et des femmes qui refusent d'y adhérer totalement et de perdre ainsi leur différence.

 

Tiens, je vous fait un post dessus demain !

 

En attendant, essayez-donc de retrouver la légèreté de vos 20 ans !

 

Bizzzz....

 

Repost 0
Published by Cybione - dans Mes coups de coeur
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 08:24

 

 

balance

 

Revenant sur un forum que je fréquentais naguère, j'y ai trouvé ces perles de sagesse.

Parce que, avant d'attaquer un régime quelconque, nous devrions tou(te)s nous demander de prime abord pourquoi nous en sommes arrivé(e)s à ce poids qui nous fait souffrir, et comment nous débarasser de ces pulsions qui nous font manger tant et plus, jusqu'à en grossir parfois démesurément.

Car il est vrai, que soigner le mal sans en soigner la cause ne fait que déplacer le problème et engendre frustrations et autres désillusions. Car, à terme, lenaturel reviendra au galop et nous fera reprendre ces maudits kilos, expression de notre mal-être.

A moins d'avoir un moral de fer et d'accepter de vivre dans un carcan d'acier, restreignant au maximum nos apports alimentaires.

 

Voici donc ce texte :

 

 

 

Conquérir ma liberté vis-à-vis des aliments, ne plus être dépendant

 

- S’interdire certains aliments ne fait que les rendre d’autant plus désirables. La solution n’est pas de faire appel à sa volonté mais de faire la paix avec les aliments qui nous tentent.

- S’affamer en mangeant trop peu à certains repas ou en les espaçant trop rend les envies de manger incontrôlables d’où l’alternance de périodes de sous alimentation avec des périodes d’excès frénétiques. Mieux vaut manger avant d’avoir trop faim.


- Pourrais-je manger ainsi ma vie durant ? Ou bien les modifications que j’envisage constituent-elles des privations qui ne sauraient se prolonger au-delà de quelques mois, quelques années ?

- Ces efforts sont d’autant plus aisés à supporter qu’ils s’apparentent à des décisions résultant d’un accord profond avec soi-même. A l’inverse ils seront d’autant plus insupportables qu’ils s’apparenteront à des contraintes imposées par le monde extérieur.

- Maigrir, se modérer sur le plan alimentaire, devenir une personne mince deviennent des décisions lorsqu’elles sont ressenties comme faisant partie intégrante de soi et non comme quelque chose d’extérieur à soi.

- Mieux vaut un poids un peu plus élevé auquel on se maintient sans privation majeures qu’un poids plus bas mais qui nécessite des restrictions qu’on ne pourra s’imposer longtemps.

- Pourquoi manger toute la tablette de chocolat ? ce n’est pas la faim mais l’envie. C’est l’idée que demain il n’y aura plus de chocolat et qu’il faut prévoir la pénurie et anticiper le manque à venir.

 

- Manger suffisamment lentement, en toute conscience, en se concentrant sur le gout des aliments (éveil des 5 sens).

- Lorsque durant le repas on constate qu’on a moins de plaisir à manger c’est qu’on est rassasié.

- Manger différemment :

 - manger de tout,

 - manger plus lentement,

 - plats moins nombreux,

 - ne pas forcément finir l’assiette.

 

- Ne pas se croire obligé de faire systématiquement 3 fois par jour des repas complets. Possibilité de manger 1 seul aliment ou 1 plat unique.

- Manger avec modération de tout, un peu.

- Respecter ses sensations alimentaires.

 

- On peut manger par excès pour :

 - lutter contre un sentiment d’inexistence, de vide, d’ennui douloureux ;

 - sous l’effet mécanique de sentiments insupportables qu’il s’agisse de contrariétés ou d’angoisse, de tristesse ou de colère ;

 - pour maintenir la souffrance à distance ;

 - pour se faire du bien alors qu’on a bien peu de motifs de satisfaction par ailleurs ;

 - pour se punir car on est insatisfait de soi ;

 - pour se stimuler, parvenir à se mettre au travail, aider à la concentration ;

 - parce qu’on est la proie de pulsions incontrôlables et qu’on mange en excès qans qu’il soit possible de déterminer des raisons autres que biologiques ou profondément enfouis dans un inaccessible inconscient .

 

- Utiliser les fluctuations du comportement alimentaire pour identifier :

  - les évènements,

  - les émotions,

  - les états mentaux, le dialogue intérieur qui sont importants pour moi au point de créer la nécessité de manger.

 

- Les émotions de base sont :

  - la peur

  - la colère

  - l’anxiété

  - l’angoisse

  - la surprise

  - la tristesse

 

- Emotion = réaction primaire dont nous sommes pour l’essentiel spectateur. Nous ne pouvons qu’en prendre acte.

- Dialogue intérieur = commentaire sur ce que nous vivons ainsi que sur les émotions ressenties

 

- Le dialogue que nous entretenons avec nous-même est ce que soutient notre ego, ce qui nous permet de savoir qui nous sommes et qui nous voulons être

 

- Il est bon de reconnaître qu’on ressent, par exemple, de l’animosité vis-à-vis de telle ou telle personne. A partir de là, on peut en rechercher les causes et examiner quelle conduite adopter face à cette personne.

On évitera ainsi nombre de réponses inadaptées dont celle qui consiste à manger pour éviter d’avoir à résoudre cette difficulté relationnelle

 

- Le « vide » intérieur est le plus souvent du au fait qu’on se détourne des sentiments et des pensées qui sont au-dedans de soi, parce qu’ils nous plaisent pas ou nous font peur ou encore parce que nous les jugeons indignes du moindre intérêts

 

- Nous sommes en très grande partie spectateurs de nos pensées et n’avons donc pas à les redouter, nous en affliger ou nous culpabiliser ; nous sommes au contraire responsables de nos actes et de nos paroles. Les rancoeurs, la colère, la haine sont des sentiments ordinaires, banals. Lorsque nous sommes conscients de nos sentiments agressifs nous sommes plus à même de choisir nos paroles et nos actes que lorsque nous les refoulons.

 

- Ne pas avoir une minute à soi, s’occuper des autres et de son travail est une conduite de fuite dont l’objectif est de s’oublier soi-même ou une conduite de réassurance destinée à prouver qu’on n’est pas totalement dénué de valeur

- Si vous n’avez pas 20 min par jour à vous consacrer, pour vous détendre, pour prendre soins de votre corps, c’est que quelque chose ne tourne pas rond dans votre vie

- Ajouter des activités aux activités ne peut que déboucher sur une perpétuelle insatisfaction, la nécessité d’un toujours plus jamais rassasié.

 

Après recherches, ce texte est une compilation de quelques extraits des livres "maigrir c'est dans la tête" et "maigrir sans régime" des Dr Apfeldorfer et Zermati .

Repost 0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 09:57

banclombaire1.jpg

Enfin ! Je peux reprendre le sport après un arrêt de 6 mois, dû à mes petits soucis de tendinites.

Me revoici donc de retour à la salle de sport depuis la semaine dernière, et encore, avec l'accord des animateurs : pas question de faire n'importe quoi avec mes 2 tendons fragilisés !

 

Dons, à moi le bonheur des abdos et autres cardio-training, histoire de remettre petit à petit la machine en marche.

Max, l'un des coaches m'avait dit que ça reviendrait vite, vu ma motivation (marre d'être flagada -et d'avoir pris au passage une demi-dizaine de kilos), mon ancien niveau (bon, pas terrible quand même, mais j'essayais de mover mon corps plusieurs fois par semaine) et mon style d'entraînement (faut que ça fasse mal !).

 

Et pour faire mal, ça l'a fait, les premières fois qui, pourtant, n'avaient rien de difficile : étant interdite de squats (pas question de fragiliser mon tendon d'achille) et de tractions (idem pour mon poignet), ne me restait plus qu'à faire de l'elliptique (10mn), différents exercices abdos (par série de 10) et un peu de marche calme (10mn).

Et croyez-moi que j'en bavais !

 

Et hier, j'ai pu enfin augmenter les doses et le rythme, pour passer à 15 mn de cardio (elliptique et marche très rapide), toujours mes abdos  (15 à 20 à chaque fois), puis des abdos à la machine et des lombaires (ci-dessus).

Plus de la frappe, certes pas avec les poings, mais je me suis dérouillée les coudes : que du bonheur !

 

Et revenir chez soi ressentant une fatigue mâtinée de saine douleur, après une bonne douche délassante ressemble à un petit morceau de paradis.

 

Sans parler qu'à force de passer des journées moroses assise devant un écran à me morfondre, je sentais mon tonus s'évanouir. Et voilà que je le retrouve, et avec lui mon enthousiasme et mon énergie !

 

Bientôt, je recommencerai la marche, mais je n'ose accélerer les choses, analysant mon ressenti pour ne pas repartir dans la spirale de la tendinite.

Repost 0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 15:37

C'est ce que je pense, quand je vois le temps si beau, les pelouses grillées par le soleil, cette envie folle de siester à l'ombre alors que le soleil écrase la terrasse sous sa chaleur estivale.

199421744_1eca57a513.jpg

 

Et pourtant, nous ne sommes qu'en mi-Mai.

L'an dernier les journées pluvieuses s'enfilaient dans un collier de semaines grises, tristes et mornes.

Alors que cette année, tout rie autour de nous avec ce beau soleil qui nous éclaire depuis presque 3 mois !

 

Enfin, hormis les agriculteurs, qui font face à la sécheresse et sont maintenant privés d'arrosages intensifs, comme ils le faisaient auparavant.

 

Certes, je plains les plus démunis, qui devront fermer leur exploitation ou se débarasser de leurs bêtes, faute de pouvoir les nourrir.

Mais pas les autres, ceux qui arrosaient en plein cagnard et me soutenaient que "non, l'eau ne s'évapore pas plus si on arrose en plein midi".

Ou ceux qui plantaient du maïs, plante gourmande d'eau, au lieu des usuels blé ou orge, histoire d'avoir de plus grosses primes.

Idem pour tous ceux qui, sous prétexte qu'ils avaient payé "leur" forage, considéraient qu'ils n'étaient pas touchés par les précédentes restrictions d'eau et arrosaient leurs champs - et la route- au mépris des arrêtés préfectoraux.

 

Ils ont fait eux-mêmes leur tort, par leur égoïsme et leur inconséquence dans la recherche du toujours plus.pire, il sont fait le tort de leurs collègues, par leurs prélèvements sauvages dans les nappes phréatiques.

 

Je ne parle pas ici des plus petits exploitants, obligés pour pouvoir rembourser leurs prêts (Crédit agricole !) à rentrer dans la politique des semenciers et obligés d'en passer par leurs conditions.

 

Le monde agricole se meurt en france, et de mauvaises conditions météorologiques ne feront qu'augmenter la rapidité de sa disprition, ne laissant plus que de grosses industries agricoles.

 

Pour un employé de la Poste suicidé sur son lieu de travail, combien de suicides dans le monde paysan ?

Plus de 400  l'an dernier, soit beaucoup plus que dans les entreprises maintenant nationalisées dont on nous rebat les oreilles !

Mais moins médiatiques et médiatisés (et surtout moins politisés), nul n'en parlera, car n'y ayant rien à gagner.

 

Et nous nous retrouverons à manger de la viande pré-emballée ou des fromages pasteurisés : belle avancée !

Mais tant il est vrai que, avec la PAC, notre agriculture était annoncée moribonde.

 

Nous y voilà...

 

Illustration trouvée sur Flickr

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 11:59

5727983298_085f9d14b7.jpg

 

Je dois avouer que j'en ai plus que marre de cette "affaire", dont on fait grand bruit.

 

Certes, elle regroupe tous les éléments dont raffole le public, mêlant politique, argent, sexe, scandale, et impliquant une personnalité que l'on voit choir en direct de son trône doré.

 

De plus, l'aspect mélodramatique est là, avec la présence de la femme (amoureuse et semblerait-il, bafouée), toujours présente à ses côtés telle une nouvelle Hillary Clinton.

 

Pitié ! Arrêtez !

 

D'une part, arrêtez de le juger et de le présenter systématiquement comme un coupable, car, s'il ne l'est réellement pas, le traitement  qui lui a été infligé en France est totalement inique et cet homme ne ressortira pas intact de cette tourmente médiatique.

Brisé personnellement et politiquement, je pense que sa carrière est terminée quoi qui'il arrive, et la suspicion de sa culpabilité règnera définitivement sur nos esprits : comment oublier les gros titres et les images de cet homme arrêté ?

 

Mais par ailleurs, arrêtez de trouver systématiquement de mauvaises excuses à cet homme, si ce fait est avéré !

Car dans leur volonté de ne voir en lui qu'un pauvre être manipulé, la plupart de tous les intellectuels et autres amis intimes qui montent à la brèche de son innocence ne se rendent pas compte de la portée de leurs propos qui réduisent systématiquement la gravité de cet acte.

Malgré le fait que le jugement n'ait toujours pas été émis, la présomption d'innocence devient à leurs yeux la seule possibilité.

 

Pire, dans cette affaire, la victime présumée devient pis que pendre : dans le meilleur des cas, ce n'est jamais "qu'un troussage de domestique", rappelant les heures sombres du droit de cuissage, qui a brisé tant de vies de femmes.

Tandis que beaucoup se demandent ce qu'elle a à gagner (ou ce qu'elle a effectivement gagné) en dénoncant (à tort !) un viol qui ne saurait avoir existé.

 

J'ai même entendu dernièrement "avec ces femmes-là, vous comprenez...", et demandant ce que ces personnes, charmantes au demeurant, voulaient dire, je me suis entendue répondre "avec ces femmes de couleur immigrées, qui gagnerait ainsi des millions en quelques instants", comme si cela expliquait tout.

 

Donc, pour poussez l'abjection au maximum, si vous êtes :

- une femme

- de couleur

- immigrée

- travaillant dur pour gagner sa vie

- célibataire élevant un enfant

- pauvre

vous ne sauriez être violée par un homme blanc, riche, connu mondialement, mais juste rechercher votre intêret pécunier en l'attaquant en justice.

 

Quelle horreur !

D'ailleurs tout va  être fait pour décrédibiliser cette femme, à commencer par son pseudo-frère, comme si les allégations d'un tiers à la  presse pouvaient faire douter de son témoignage.

 

Au lieu de remuer cette merde infâme, tous feraient mieux d'attendre le résultat de l'enquête avant de clabauder à tort et à travers.

Sans parler de celui du procès quoique, avec les avocats "de la dernière chance" embauchés par le prévenu, il semble plus que certain que, par un tour de passe-passe magique, DSK s'en sorte avec les honneurs.

Il n'empêche que commencer par clamer son innocence (et dire que "rien ne s'est passé") pour ensuite parler de relations "librement consenties" me fait largement douter de sa crédibilité dans cette affaire.

 

Cette affaire agit comme un révélateur de notre société et de ses mentalités : ici, la femme est avilie doublement, par l'acte présumé à son encontre, et par le traitement qu'elle reçoit de ceux qui la jugent à charge, sans chercher à en savoir plus.

 

Quand on pense que toutes ces voix qui se sont élevées à son encontre sont celles de personnes intélligentes et se réclamant des droits de l'homme !

 

Car il est vrai que chez nous, les droits de la victime sont bien inférieurs à ceux du coupable présumé.

Sans parler de la minimisation de la gravité des viols.

 

 

 

En voici encore une exemple flagrant.

Malheureusement !

 

Sans parler du fait qu'avec de l'argent, on peut tout acheter : sortie de prison, avocats de haut vol.

 

Selon que vous serez puissant ou misérable...

Repost 0
Published by Cybione - dans Coups de gueule
commenter cet article
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 10:51

balance.jpg

 

Après avoir vu une personne proche fondre littéralement d'une bonne dizaine de kilos, je me suis penchée sur le régime Dukan, que fait par ailleurs mon amie Domamido, et ai commencé à le pratiquer moi aussi.

 

Rappelons les bases : quelques jours à ne manger que des protéines pures puis une phase d'amaigrissement basée sur des protéines et des légumes, sans aucun féculent hormis du son d'avoine, jusqu'au poids désiré.

Pour finir par une phase de consolidation dans laquelle sont réintroduits des féculents puis une dernière phase, à vie, alternant des repas modérés  en sucres et graisse alternant avec une journée hyper protéinée.

 

Certes, ce régime fonctionne TRES bien au début, permettant une baisse de poids rapide et enthousiasmante, mais il présente plusieurs inconvénients majeurs pour la santé, recensés dans nombre d'études médicales, notamment des problèmes hormonaux, thyroïdiens, d'ostéoporose... le tout entraînant  fatigue et baisse de l'immunité.

 

Je me souviens avoir lu qu'une cuiller à café de lipides étaient nécessaires par jour, de même que quelques sucres lents (céréales complètes de préférence) : un régime uniquement carné risquant de provoquer des désordres métaboliques importants chez les personnes fragiles (entre autres insuffisants rénaux, cardiaques ou diabétiques).

 

 

Quant à moi, j'ai perdu plus de 3 kilos, rapidement, mais ai vite repris une alimentation plus variée : la monotonie de ce régime me gênait : certes, des résultats et aucune sensation de faim, mais est-ce vraiment bon de ne manger que de la viande, surtout hypersalée (pour ne pas dire nitritée) en grande partie, avec les fameux jambons de volaille, ceux-ci ayant séjourné dans une saumure chimique pour leur donner goût et consistance ? Idem lorsque des sodas sucrés à l'aspartam sont conseillés : exit les "aliments naturels" prônés par l'inventeur de cette méthode !

 

Il est malheureux que nous tous, moi la première, nous attachions en priorité à des résultats rapides et visibles, quitte à mettre notre santé en danger par des pratiques vantées plus par le marketing que par le bon sens.

Car au fond de moi, je me rendais compte que je mangeais en dépit du bon sens, avec cette alimentation totalement déséquilibrée, mais je succombais aux sirènes de la perte de poids facile, et déclarée "sans riques" par le bon docteur.

Donc, reprise pour moi d'une alimentation raisonnée (peu de pain, de graisse et de féculents) : sans ayant repris du poids (malgré de nombreux écarts, je l'avoue), je reste néanmoins stable.

 

Mais il vrai que manger moins et, dans un sens un peu mieux, en arrêtant une surconsommation de sucres rapides et de graisse, m'a permis de me rendre compte de la satiété, lorsqu'elle arrive, et de modérer mes apports alimentaires.

 

 

Ceci dit, qu'en pense le corps médical qui récupère les patients en bout de régime ?

A moins de ne suivre strictement le reste de sa vie ce régime, l'effet rebonds risque d'être pire encore, "l'organisme hurle de faim....se souvient qu’il a été privé d’hydrates de carbone et, quand il en reçoit de nouveau, il les stocke d’autant mieux. Et il va en demander plus, par crainte de manque ", comme dans les régimes hyper protéinés, décriés depuis longtemps.

 

Il n'en reste pas moins que nous devrions manger de tout, tout le temps, mais en quantités raisonnées,  comme le conseillent les nutritionnistes "1/2 assiette de légumes, 1/4 de protéines, 1/4 de farineux (pomme de terre, riz, pâte ...), limiter les graisses et les sucreries.

Il ne faut rien interdire car c’est une source de frustration.

Ce n’est pas un régime, les gens doivent arriver à un équilibre alimentaire leur permettant de perdre du poids dans la normalité."

 

 

Sans oublier le sport, d'autant plus nécessaire pour moi que, étant assise toute la journée, je n'ai aucune activité physique.

Et, enfin, je viens juste de reprendre, modérément, la musculation : à moi abdos, dorsaux (mon gros point faible car je suis de ces femmes qui prennent au niveau de la taille), et enfin et surtout cardio, avec de l'elliptique et de la marche, doucement et à faible dose.

Il ne faudrait pas irriter mmes tendons, déjà fragilisés !

 

Donc, comme le dit le rapport très complet de l'ANSES (Agence  nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), que je vous conseille de lire :

 

- La perte de poids conduit à une augmentation de la libération des polluants organiques
persistants qui ont pour conséquence des perturbations des systèmes endocrinien,
reproducteur et immunitaire, des dysfonctionnements métaboliques, pouvant contribuer à la
reprise de poids, des troubles du développement, ainsi que des cancers.


- La reprise pondérale concerne 80% des sujets à un an et augmente à long terme.


-L’apport calorique global (et non la teneur variable en macronutriments) est un facteur
majeur dans les effets pondéraux d’un régime. L’adaptation du régime aux goûts et habitudes
du patient est importante pour assurer l’adhésion de ce dernier sur le long terme.


- Le principal facteur de stabilisation est le commencement d’une activité physique dès le
début de la restriction calorique et son maintien après cette phase de restriction.


- Les apports énergétiques qui permettent de maintenir le poids perdu après un régime
amaigrissant sont inférieurs à ceux qui permettaient de maintenir un poids stable avant la
perte de poids, ce qui favorise la reprise de poids.


- Le retour au poids initial s'accompagne d'une récupération préférentielle de la masse
grasse.

 

- La perte de masse musculaire joue un rôle majeur dans la diminution de la dépense
énergétique (principalement du métabolisme de base) observée après restriction calorique ce
qui souligne l'importance de limiter les pertes de masse musculaire par l’exercice, lors de la
restriction calorique.

Repost 0
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 08:23

Dernièrement, j'ai reçu d'une amie un mail montrant des images de pavement art dessinés par Julien Beever, grand artiste spécialiste de cette discipline.

 

Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, en voici quelques exemples, tirés de son site, sur lequel vous en trouverez des dizaines d'exemples.

 

Julian-bewer-lobster2.jpg

 

 

J-Bewer-parisgd.jpg

 

 

Julian-Bewer-newt.jpg

 

Les enfants assis sur le dessin lui donnent un réalisme supplémentaire.

 

Outre l'aspect esthétique, le rendu réaliste est rendu par une parfaite connaissance des lois de l'anamorphose, dont les bases ont été posées au XVII ème siécle par un français, Jean-Louis Vaulezard, et qui permet au cerveau du spectateur de recréer une image en  3 dimensions par le biais d'une illusion d'optique.

 

Ainsi la naïade suivante, parfaite lorsque l'on est situé au bon endroit :

 beever_swim2.jpg

 

devient, lorsqu'on change de point de vue :

 

J-Bewer-view-swin-copie-1.jpg

 

Et l'on peut voir comment l'artiste a du allonger le bout du pied pour lui donner l'impression qu'il sort verticalement de l'eau.

 

Car, par définition, ce type de tableaux ne peut être regardé que d'un point de vue précis, à partir duquel tous les calculs de perspective ont ete effectués, pour un rendu optimal.

 

 

J-Beever-coke.jpg

 

Et tout cela uniquement effectué avec une simpe boîte de craies !

 

Ces oeuvre éphémères par essence n'en sont pas moins troublantes.

Heureusement que la photographie nous permet de garer trace de ces splendides réalisations !

 

Et comme j'aimerais voir se déployer devant mes yeux un tel panorama, et voir mis en pratique

 

 

Pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus (et qui lisent l'anglais), voici un texte sur les perceptions visuelles.

Repost 0
Published by Cybione - dans Mes coups de coeur
commenter cet article