Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 07:32

Je rebondis suite à la note laissée par Charles Daney sur ma précédente note concernant l'anonymat des blogs.

 

Non pour me justifier, mais pour arriver à comprendre ma (notre) quête d'anonymat, surtout lorsque rien ne justifie celui-ci (propos injurieux ou licencieux).

 

Ma première et la plus flagrante fut "La liberté d'expression".

Or, reconnaîssons que nous sommes dans l'un des rares pays l'acceptant (34ème sur la liste d'indice de liberté de la presse mondiale) , sinon je ne serais pas en train d'écrire ceci.

Pourquoi grands dieux nous attachons-nous donc si fermement à quelque chose que nous possédons déjà, le défendant bec et ongles contre vent et marées, parfois pour notre plus grand mal (et je ne parle pas ici de ce sujet) ?

Concernant mon blog, je pense que cette excuse est sans sujet : je ne pense pas

 

 

Ma seconde réaction fut en bref "je ne veux pas que des personnes de mon entourage me reconnaissent".

Pourquoi ?

LA PEUR.

 

Il y a quelques années, nous avons subi une vague de coups de téléphone anonymes... et franchement tendancieux, dont le but flagrant était d'essayer de semer la zizanie chez nous.

Nous en sommes ressortis plus forts, mais pas sans avoir été égratignés et surtout échaudés par cet incident d'autant plus désagréable que nous ne savions comment le gérer.

Savoir que quelqu'un vous en veut au point de vous attaquer, non pas physiquement, mais pire, insidieusement est créateur d'insécurité et de malaise.

 

Alors, oui, je ne veux pas que pour quelque raison que ce soit, nous soyons en butte de nouveau à ce genre d'attaque de déséquilibré(e).

Parce que tout le problème vient justement de l'anonymat de l'agresseur : qui est-il et que veut-il exactement ? Pourquoi ? Jusqu'où ira-t-il pour aller jusqu'au bout de son délire ?

Cette situation est plus qu'inconfortable, je vous assure.

 

Et paradoxalement, je défend mon anonymat pour ne pas me trouver face à celui d'un agresseur potentiel.

 

Cependant, me direz-vous, c'est avec ce genre de réflexions que tout peut arriver : les personnes se faire attaquer devant vous sans que vous ne bougiez, les dictateurs arriver au pouvoir, les injustices se commettre au grand jour...

 

Et, en fin de compte, ce sentiment a un nom : la lâcheté.

 

Et je l'avoue à ma grande honte : oui, je suis lâche.

Oui, je veux rester bien confortablement terrée dans mon coin, sans risques aucun.

Oui, je me retire dans ma tour d'ivoire du haut de laquelle je peux scruter le monde et émettre mon avis hautement réfléchi (tu parles !).

Oui, j'ai peur de risques éventuels (mais lesquels, bon sang ?).

Non, je ne désire pas non plus que, me reconnaissant, mes lecteurs puissent, en extrapolant sur ce que j'écris, reconnaître personnes et situations dont je parle à titre personnel, mon but n'étant pas de porter atteinte à qui que ce soit.

Non, je ne désire pas attirer sur ma tête et surtout sur ma famille le risque infime d'une oppobre mal dirigée.

Non, je ne désire pas être (re)connue.

Pour l'instant.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fée des agrumes 07/06/2010 11:46



Et tu as le droit de te révéler à qui tu veux, c'est ton choix, c'est le choix de tous les bloggueurs.


 



Cybione 07/06/2010 11:50



Eh oui, en effet, et c'est ce que je défends avant tout.