Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 10:51

balance.jpg

 

Après avoir vu une personne proche fondre littéralement d'une bonne dizaine de kilos, je me suis penchée sur le régime Dukan, que fait par ailleurs mon amie Domamido, et ai commencé à le pratiquer moi aussi.

 

Rappelons les bases : quelques jours à ne manger que des protéines pures puis une phase d'amaigrissement basée sur des protéines et des légumes, sans aucun féculent hormis du son d'avoine, jusqu'au poids désiré.

Pour finir par une phase de consolidation dans laquelle sont réintroduits des féculents puis une dernière phase, à vie, alternant des repas modérés  en sucres et graisse alternant avec une journée hyper protéinée.

 

Certes, ce régime fonctionne TRES bien au début, permettant une baisse de poids rapide et enthousiasmante, mais il présente plusieurs inconvénients majeurs pour la santé, recensés dans nombre d'études médicales, notamment des problèmes hormonaux, thyroïdiens, d'ostéoporose... le tout entraînant  fatigue et baisse de l'immunité.

 

Je me souviens avoir lu qu'une cuiller à café de lipides étaient nécessaires par jour, de même que quelques sucres lents (céréales complètes de préférence) : un régime uniquement carné risquant de provoquer des désordres métaboliques importants chez les personnes fragiles (entre autres insuffisants rénaux, cardiaques ou diabétiques).

 

 

Quant à moi, j'ai perdu plus de 3 kilos, rapidement, mais ai vite repris une alimentation plus variée : la monotonie de ce régime me gênait : certes, des résultats et aucune sensation de faim, mais est-ce vraiment bon de ne manger que de la viande, surtout hypersalée (pour ne pas dire nitritée) en grande partie, avec les fameux jambons de volaille, ceux-ci ayant séjourné dans une saumure chimique pour leur donner goût et consistance ? Idem lorsque des sodas sucrés à l'aspartam sont conseillés : exit les "aliments naturels" prônés par l'inventeur de cette méthode !

 

Il est malheureux que nous tous, moi la première, nous attachions en priorité à des résultats rapides et visibles, quitte à mettre notre santé en danger par des pratiques vantées plus par le marketing que par le bon sens.

Car au fond de moi, je me rendais compte que je mangeais en dépit du bon sens, avec cette alimentation totalement déséquilibrée, mais je succombais aux sirènes de la perte de poids facile, et déclarée "sans riques" par le bon docteur.

Donc, reprise pour moi d'une alimentation raisonnée (peu de pain, de graisse et de féculents) : sans ayant repris du poids (malgré de nombreux écarts, je l'avoue), je reste néanmoins stable.

 

Mais il vrai que manger moins et, dans un sens un peu mieux, en arrêtant une surconsommation de sucres rapides et de graisse, m'a permis de me rendre compte de la satiété, lorsqu'elle arrive, et de modérer mes apports alimentaires.

 

 

Ceci dit, qu'en pense le corps médical qui récupère les patients en bout de régime ?

A moins de ne suivre strictement le reste de sa vie ce régime, l'effet rebonds risque d'être pire encore, "l'organisme hurle de faim....se souvient qu’il a été privé d’hydrates de carbone et, quand il en reçoit de nouveau, il les stocke d’autant mieux. Et il va en demander plus, par crainte de manque ", comme dans les régimes hyper protéinés, décriés depuis longtemps.

 

Il n'en reste pas moins que nous devrions manger de tout, tout le temps, mais en quantités raisonnées,  comme le conseillent les nutritionnistes "1/2 assiette de légumes, 1/4 de protéines, 1/4 de farineux (pomme de terre, riz, pâte ...), limiter les graisses et les sucreries.

Il ne faut rien interdire car c’est une source de frustration.

Ce n’est pas un régime, les gens doivent arriver à un équilibre alimentaire leur permettant de perdre du poids dans la normalité."

 

 

Sans oublier le sport, d'autant plus nécessaire pour moi que, étant assise toute la journée, je n'ai aucune activité physique.

Et, enfin, je viens juste de reprendre, modérément, la musculation : à moi abdos, dorsaux (mon gros point faible car je suis de ces femmes qui prennent au niveau de la taille), et enfin et surtout cardio, avec de l'elliptique et de la marche, doucement et à faible dose.

Il ne faudrait pas irriter mmes tendons, déjà fragilisés !

 

Donc, comme le dit le rapport très complet de l'ANSES (Agence  nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), que je vous conseille de lire :

 

- La perte de poids conduit à une augmentation de la libération des polluants organiques
persistants qui ont pour conséquence des perturbations des systèmes endocrinien,
reproducteur et immunitaire, des dysfonctionnements métaboliques, pouvant contribuer à la
reprise de poids, des troubles du développement, ainsi que des cancers.


- La reprise pondérale concerne 80% des sujets à un an et augmente à long terme.


-L’apport calorique global (et non la teneur variable en macronutriments) est un facteur
majeur dans les effets pondéraux d’un régime. L’adaptation du régime aux goûts et habitudes
du patient est importante pour assurer l’adhésion de ce dernier sur le long terme.


- Le principal facteur de stabilisation est le commencement d’une activité physique dès le
début de la restriction calorique et son maintien après cette phase de restriction.


- Les apports énergétiques qui permettent de maintenir le poids perdu après un régime
amaigrissant sont inférieurs à ceux qui permettaient de maintenir un poids stable avant la
perte de poids, ce qui favorise la reprise de poids.


- Le retour au poids initial s'accompagne d'une récupération préférentielle de la masse
grasse.

 

- La perte de masse musculaire joue un rôle majeur dans la diminution de la dépense
énergétique (principalement du métabolisme de base) observée après restriction calorique ce
qui souligne l'importance de limiter les pertes de masse musculaire par l’exercice, lors de la
restriction calorique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires