Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 11:30

Les demandes des plaignants sont quelquefois... bizarres :


"Comme mon mari doit partir chez les fous, je l’envoie à votre bureau."


"Monsieur le Procureur de la V° République,
Je porte plainte contre mon voisin ..., qui maltraite mon chien, lui tirant la queue et j’ai peur qu’il me fasse la même chose un jour."

"Pour une emboche, il me faudré un estrait de mon casier judiciaire et si possible vierge."

"Je ne peux pas payer votre amende ; je suis une fille honnête, j’ai quatre enfants à nourrir."

"La mairie ayant mentionné qu’à l’occasion de la Foire du 6 mai, qui se tiendra le samedi 5, les services vaqueraient Lundi 7 mai, je vous demande la journée du Vendredi 4 afin de faire renouveler ma carte de séjour."


Il arrive que de drôles de questions soient posées aux témoins dans les tribunaux :



"Le plus jeune fils, celui de 20 ans, quel âge a-t-il ?"

 

"Vous a-t-il tué ? "


"Etait-ce vous ou votre plus jeune frère qui fut tué durant la guerre ?"

 

"Combien de fois vous êtes-vous suicidé ?"


"A quelle distance étaient les véhicules au moment de la collision ?"


"Vous étiez là jusqu'à ce que vous partiez, est-ce exact ?"

 

"Etiez-vous présent quand votre photo a été prise ?"


"Maintenant docteur, n'est-il pas vrai que quand une personne décède dans son sommeil, elle ne s'en rend compte que le matin suivant ?"

 

 



De même, certains échanges frisent l'irréel :

 

Q : M. ..., vous avez fait un voyage de noce très luxueux, n'est-ce pas ?
R : Je suis allé en Europe, monsieur.
Q : Et vous y avez amené votre nouvelle épouse ?


Q : Cette maladie, affecte-t-elle vraiment votre mémoire ?
R : Oui.
Q : Et de quelle manière cela affecte-t-il votre mémoire ?
R : J'ai oublié.
Q : Vous avez oublié. Pouvez-vous nous donner un exemple de ce que vous avez oublié ?


Q : Comment s'est terminé votre premier mariage ?
R : Par la mort.
Q : Et par la mort de qui s'est-il terminé ?

 

Q : Donc, la date de conception est le 8 août ?
R : Oui.
Q : Et que faisiez-vous à ce moment-là ?

 

Q : Avez-vous couché avec lui à New York ?
R : Je refuse de répondre à cette question.
Q : Avez-vous couché avec lui à Chicago ?
R : Je refuse de répondre à cette question.
Q : Avez-vous couché avec lui à Miami ?
R : Non.

 

Q : Elle avait trois enfants, vrai ?
 R : Oui.
 Q : Combien de garçons ?
 R : Aucun.
 Q : Il y avait des filles ?

 

 

Q : Quelle fut la première chose que vous a dite votre mari quand il s'est réveillé ?

R : Il a dit "où suis-je Cathy ?"

Q : Et pourquoi cela vous a-t-il mis en colère ?

R : Je m'appelle Suzan

 


Q : Quel âge a votre fils, celui qui vit avec vous ?
R : 38 ou 35 ans, je ne me souviens pas exactement.
Q : Combien de temps a-t-il habité avec vous ?
R : 45 ans.

 

Q : Pouvez-vous nous décrire cette personne ?
R : Il était de taille moyenne et portait une barbe.
Q : Était-ce un homme ou une femme ?


 

 


Tandis que certains témoins, pleins de bonne volonté, à défaut de comprendre les questions,  font de leur mieux pour répondre :

Q : N'est-ce pas dans le fracas que vous avez été atteint ?
R : Non. J'ai été touché entre le fracas et le nombril.

 Q : Toutes vos réponses doivent être orales. A quelle école êtes-vous allé ?
 R : Orale.

Q : Dans quoi étiez-vous au moment de l'impact ?
R : Un sweat-shirt Gucci et des Reeboks.

Q : Etes-vous qualifié pour fournir un échantillon d'urine ?
R : Je le suis depuis ma tendre enfance.


Q : Ce matin du 25 juillet, vous vous êtes rendu, à pieds, de votre ferme à l'étang à canards ?
R : Oui.
Q : Donc, vous êtes passé à quelque mètres de l'enclos à canards ?
R : Oui.
Q: Avez-vous remarqué quelque chose de spécial ?
R : Oui (le témoin se tait).
Q : Bien, pouvez vous dire à la cour ce que vous avez vu ?
R : J'ai vu Marcel.
Q : Vous avez vu Marcel, l'accusé dans ce procès ?
R : Oui.
Q : Pouvez vous dire à la cour ce que Marcel faisait ?
R : Oui (le témoin se tait).
Q : Bien, pouvez-vous le dire s'il vous plait ?
R : Il avait son truc dans un des canards.
Q : Son "truc" ?
R : Vous savez, sa b... Je veux dire, son pénis.
Q : Vous êtes passé près de l'enclos à canard, la lumière était bonne, vous étiez sobre, vous avez une bonne vue, et vous avez clairement vu ce que vous nous avez expliqué ?
R : Oui.
Q : Est-ce que vous lui avez dit quelque-chose ?
R : Bien sur !
Q : Que lui avez-vous dit ?
R : "Bonjour Marcel".




Greffier : Répétez après moi s'il vous plait: "Je jure devant Dieu...
Témoin : "Je jure devant Dieu..."
G : "Que le témoignage que je vais apporter..."
T : Oui.
G : Répétez-le.
T : "Répétez-le".
G : Non! Répétez ce que j'ai dit.
T : Ce que vous avez dit quand ?
G : "Que le témoignage que je vais apporter..."
T : "que le témoignage que je vais apporter..."
G : "Sera la vérité et..."
T : Oh, oui! Et rien que la vérité!
G : S'il vous plait, contentez-vous de répéter après moi : "sera la vérité et..."
T : Je ne suis pas lettré, vous savez.
G : Nous pouvons le constater. Répétez après moi: "sera la vérité et..."
T : "sera la vérité et..."
G : Dites: "rien...".
T : D'accord. (Le temoin se tait.)
G : Non! Ne dites pas rien. Dites: "Rien que la vérité ".
T : Oui.
G : Pouvez-vous dire "Rien que la vérité" ?
T : Oui.
G: Eh bien, faites-le!
T : Vous m'embrouillez.
G : Dites simplement: "Rien que la vérité"!
T : C'est tout ?
G : Oui.
T : Bien. Je comprends.
G : Alors dites-le!
T : Quoi ?
G : "Rien que la vérité".
T : Mais je le fais! je dirais la vérité.
G : Vous devez dire: "Rien que la vérité"!!
T : Mais je dirais toute la vérité.
G : S'il vous plaît répétez ces quatre mots "Rien", "que", "La", "Vérité".
T : Quoi ? Vous voulez dire, comme ca ?
G : Oui ! Comme cela s'il vous plait. Dites simplement ces quatre mots.
T : "Rien. Que. La. Vérité."
G : Merci!



Alors que certains autres répondent avec esprit
:


Q : Quel est le jour de votre anniversaire ?

R : 15 juillet.
Q : Quelle année ?
R : Chaque année.

 

Q : Et à quel endroit a eu lieu l'accident ?
R : Approximativement au kilomètre 499.
Q : Et où se trouve le kilomètre 499 ?
R : Probablement entre les kilomètres 498 et 500.

 

 

Les plus caustiques étant certainement les médecins légistes :

 

Q : Docteur, avant de faire l'autopsie, avez-vous vérifié le pouls ?
R : Non.
Q : Avez-vous vérifié la pression sanguine ?
R : Non.
Q : Avez-vous vérifié s'il respirait ?
R : Non.
Q : Mais comment donc pouviez-vous être certain qu'il était mort quand vous avez entamé l'autopsie ?
R : Parce que son cerveau se trouvait dans un bocal, sur mon bureau.
Q : Mais le patient n'aurait-il pas pu être en vie quand même ?
R : Il se peut bien qu'il ait été en vie, en train de pratiquer le droit quelque part !

 

Q : Vous rappelez-vous de l'heure qu'il était quand vous avez examiné le corps ?
R : L'autopsie a commencé vers 20 h 30.
Q : Et M. ... était mort à ce moment-là ?
R : Non. Il était assis sur la table et se demandait bien pourquoi je faisais une autopsie.

 

Q : Qu'a donné le prélèvement de tissu vaginal ?
R : Des traces de sperme.
Q : Du sperme masculin ?
R : C'est le seul que je connaisse.

 

Q : Docteur, combien d'autopsies avez-vous exécutées sur des personnes mortes ?
R : Toutes les autopsies que j'ai faites l'ont été sur des personnes mortes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cybione - dans Humour
commenter cet article

commentaires

jardin zen 27/11/2009 21:48


vous vous amusez bien ,les filles ,dans les coms.
je ris toujours autant  aux formulations....des autres !
merci d'avoir tout patiemment recopié ..
bizzzz


Cybione 28/11/2009 08:42


Ce fut un plaisir que de partager ces bons mots... involontaires .


Domamido 27/11/2009 11:42


Pas de problème pour la trique, il doit même y en avoir d'autres, en cherchant bien.


Cybione 27/11/2009 11:55


D'autres triques ?




Sylvaine 26/11/2009 21:59


Rien de surprenant : c'est la suite logique des perles que tu nous as précédemment offertes, celles du bac. Ils ont grandi, vieilli, mais sont restés aussi abrutis (je suis désolée d'être aussi
brutale ... c'était juste pour la rime). Encore que ... !!!!


Cybione 27/11/2009 11:33


Si on considère qu'il y a un certain pourcentage d'abrutis dans la population, il est normal que tous les métiers en "bénéficient" .


Domamido 26/11/2009 16:28


Quand même...
Je vois que tu épingle de nouveau cette pôvre presse

Je suppose que tu as lu le beau labsus publié dans mon journal "ils ont triqué à la santé". Poilant, n'est-ce pas ?


Cybione 27/11/2009 11:31


Pas plus et pas moins que les autres corps de métiers.
Mais il faut dire que les media télévisuels sont les plus faciles à attaquer : omniprésents, ils envoient eux-même le bâton pour se faire battre.

J'ai d'ailleurs en préparation "les perles des media" auxquel je vais ajouter, si tu m'en donnes l'autorisation, ta "trique" .


Domamido 26/11/2009 15:09


Surtout peu rassurant ! Et ce sont des C... pareils qui sont censés nous défendre ? Je comprends mieux les vicissitudes de L. sans cesse en butte aux hommmes de loi.


Cybione 26/11/2009 15:38


Bon, là, ce sont les perles amassées sur x années et dans plein de pays (y compris USA) donc, ne paniquons pas. Mais le lapsus est vite arrivé.

En témoigne notre reine nationale du lapsus et de la gaffe, Laurence Ferrari avec ses solidarschnock et string (re-baptème du chanteur Sting).... entre autres !