Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 12:55

  billard.JPG

Mon premier grand tournoi : des dizaines de tables se succédaient... impressionnant !

 

 

Je disais récemment à Sylvaine dans un précédent commentaire que je n'avais presque plus le temps d'être à la maison, différentes (et nouvelles) activités m'accaparant presque tous les soirs.

 

L'une d'elles a lieu le dimanche après-midi et, souvent, le vendredi soir.

 

Alors, je joue sur un tapis vert, manipulant avec de plus en plus de dextérité queue et boules.

 

N'y voyez aucune allusion salace !

Je me contente de jouer au billard avec cherettendre.

Mieux encore, je me suis inscrite en sa compagnie dans l'équipe locale, et nous disputons les matches de championnat le vendredi soir.

Inutile de vous dire que je ne brille pas par mes scores !

 

Mais qu'importe,  j'y vais pour être avec mon homme -enfin! car nous avons des activités différentes- et me faire plaisir, plus que pour gagner.

 

J'avais découvert ce jeu il y a fort longtemps, en maison de convalescence : mes doigts étaient plus ou moins bloqués, et jouer me les faisait se dérouiller petit à petit.

Si je me souviens bien, le foyer possédait un billard français, bien différent de celui sur lequel nous jouons.

 

En essayant de calculer les trajectoires, je me souvenais mes études de cinétiques, et les angles revenaient.

Ce qui ne m'empêchait pas de jouer surtout à l'instinct, en faisant le vide dans mon esprit et en laissant oeil et main choisir la bonne trajectoire.

 

Plus tard, j'ai joué de temps en temps, avec cherettendre, domamido et son mari, moments de plaisir partagé, de fous rires et de plantades monumentales.

 

Mais maintenant, c'est du sérieux ! Enfin presque...

 

A tel point que nous allâmes acheter une queue à mon mari (non, ne riez pas !) lors d'une mémorable (et épique !) balade à moto.

Et en essayant les différentes queues (vais-je oser rajouter "présentées par le vendeur ?" - peut-être pas, car elles étaient alignées au garde-à-vous sur un ratelier), l'une d'entre elles m'a tapé dans l'oeil.

 

Fine, longue, en frêne, elle affichait une belle et originale illustration.

Dès que je l'essayas, elle me tombat dans la main et, malgré les mauvaises conditions, je la fis mienne de suite.

Et c'est comme cela que nous repartîmes avec deux queues bien rangées dans leur étui, lesquels

guerriere-copie-1.jpg

m'embarrassèrent considérablement pendant le voyage de retour !

 

 

 

 

guerriere2.jpg

La voici donc, ma guerrière :

 

 

Elle est constituée de 3 parties, beaucoup plus pratiques pour jouer

dans des endroits exigus, et sa décoration héroic fantasy me plaît au

plus haut point : cette guerrière ressemble un peu au tatouage que

j'arbore fièrement dans mon dos, les ailes en moins.

 

Comme me dit (si justement) le mari à Domamido : on ne te voit pas avec

une queue décorée de Snoopy !

 

Et pourquoi pas ?

 

Vous voyez la réputation que je traîne ?

 

Et en plus, moi j'aime bien Snoopy !

Partager cet article

Repost 0

commentaires