Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 14:15


En lisant dernièrement l'un de mes magazines favoris, j'ai appris que, comme Monsieur  Jourdain faisait de la prose sans le savoir, j'étais une récessionista, chose maintenant très tendance, sans le savoir.

En clair et sans décodeur, ce mot barbare veut simplement dire... que j'achète intelligemment mes fringues.

Pour moi, ce ne fut jamais une mode, mais, comme beaucoup d'autres femmes, une nécessité pour pouvoir me faire plaisir et être toujours "in" sans me ruiner.

Chez moi, point de marques et de "it-quelque chose" : pourquoi (et surtout comment !) acheter les yeux de la tête et la peau des fesses une pièce qui est tellement typée qu'elle sera immanquablement démodée quelques mois plus tard ?
Sans parler que j'achète pour moi, et non pour les autres : je désire mettre en valeur mes atouts et autres appas, et non faire baver les connaisseuses sur la provenance de mes vêtements.

Qu'il ait été payé 2 ou 200 €, un pantalon aura le même usage !
Bon, évidemment, je ne parle pas de la qualité subséquente (bien que j'ai été attrapée en mon temps par des produits "de marque" made in ... ailleurs et de qualité déplorable).

Donc, je m'approvisionne chez de petits magasins qui, comme les "grandes" chaînes de type Zara et H&M, revisitent les pièces phares de la saison.

De même, j'ai appris à attendre les soldes qui, avant leur libération presque totale, arrivaient  en plein milieu de la saison concernée, les collections de printemps étant déjà mises en place en plein hiver.

Et encore mieux, les post-soldes, encore moins chères.
Certes,  elles offrent moins de choix, mais vu l'état (et l'étendue) de ma garde-robe, ce ne sera pas un problème si je n'achète que peu de choses.

Et puis le top : les braderies !
Dans ma campagne profonde, une chaîne possédant plusieurs magasins brade (1 à 5 €) début août les collections de l'année (ainsi que celles des années précédentes).
Certes, c'est un peu beaucoup la foire aux rossignols, mais quel plaisir d'acheter quelques euros seulement un sweat ou une robe repérés à 95 € quelques mois avant !
Par contre, il faut prévoir d'y aller équipée d'un maillot de bain : les essayages se font dans la rue, entre les portants dans le chaud soleil d'août.
Il ne faut être pudique, mais  une atmosphère bon enfant y règne et c'est un plaisir d'y aller entre copines, chacune aidant l'autre ou donnant, au milieu de grands éclats de rire (car le spectacle vaut le coup, vu le nombre d'essayages divers et variés) son avis sur l'aspect final (pas toujors top, je dois l'avouer).

Et l'été les vide-greniers peuvent également réserver quelques jolies surprises : l'an dernier j'avais trouvé un manteau 3/4 signé d'un fourreur (de forme un peu boule, croisé et fermé avec un gros bouton avec des bords en cuir repoussé...) en agneau camel de toute beauté, à l'état presque neuf pour.... 45 €.
Qui dit mieux ?

Et surtout... je garde tout, quitte à ce que mes armoires en aient une indigestion et commencent à rendre le trop-plein de tous côtés.
Cette année, je me suis quand même décidée à remetre dans le circuit mes affaires (vraiment) trop petites.
Mais quel plaisir de redécouvrir et de remettre un top qui a 20 ans et qui revient à la mode !
Ainsi hier, j'ai ressorti un bandeau de cheveux en perles bleues qui doit avoir au bas mot une trentaine d'années.
Ma fille en le voyant l'a reconnu et sa copine l'a trouvé super... il est maintenant "in" et vintage !

J'ai ainsi plein de trésors amassés qui dorment dans mes placards, belles au bois dormant qui attendent tranquillement d'être réveillés.


Par contre, il est vrai que je dois lutter contre la tendance (héritée de ma mère) de "faire attention" et de ne pas porter tous les jours les plus belles pièces "pour ne pas les abîmer".
Quelle bêtise !
Il faut profiter de nos ahats tant que nos le pouvons, pour notre joie ainsi que celle de ceux qui nous cotoient et nous aiment belles et de bonne humeur.

Car, d'où vient cette lumière intérieure qui rend toutes les femmes belles (à part l'amour, évidemment) ?
Du fait qu'elles se sentent belles, mises en valeur, qu'elles s'aiment elles-mêmes.

Et ce n'est pas le prix de la parure qui importe, seulement sa synergie avec celle qui la porte et la fait vivre.
Ainsi de belles femmes hautaines seront beaucoup moins charismatiques et attirantes qu'un petit boudin bien dans sa peau, enthousiaste et souriant  !

Je le sais, j'ai donné !

Bons achats !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le+Huron 06/06/2009 09:01

On n'est pas toujours obligé de "s'habiller". La plupart du temps "se couvrir" suffit.

Cybione 06/06/2009 09:06


Mais c'est tellement plus drôle !
D'ailleurs mon homme me préfère habillée que couverte : c'est plus joli à regarder.