Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 21:14
Quand nous bénéficions d'un système de santé qui prend (presque) tout en charge hormis certains médicaments ?

Dans les pays anglo-saxons, les mutuelles de santé sont privées et conditionnent l'accès aux soins.

Ainsi, aux Etats-Unis, les hopitaux et cliniques vérifient avant tout acte médical la couverture santé du patient qui se présente, même aux urgences.
De même, un simple oubli (une mycose, par exemple) dans le formulaire d'inscription invalide celle-ci, et la mutuelle est en mesure de demander à l'assuré le remboursement de toutes les sommes payées -même si l'affection en question n'a rien à voir.

Aux USA, 47 millions de gens, soit près de 15% de la population, n'ont aucune couverture sociale : ils n'ont accès qu'aux soins et aux médicaments "bas de gamme" (car bénéficiant de moins d'accès aux machines performantes, tels les scanners ou autres analyses de sang perfectionnées, sans parler des médicaments hors de prix).

Certes, pour certains, ce système est parfait : seuls ceux qui payent sont remboursés. 
Mais paradoxalement, beaucoup d'américains ayant des revenus corrects ne sont plus en mesure de payer ces primes très chères, et dont le prix augmente sans cesse. 

Dans les sites de conseils aux expatriés, la situation est clairement annoncée :
- en l'absence de mutuelle, les patients sont responsables à 100% des frais
- ceux-ci sont très chers : 100 $ minimum la consultation médicale "de base", facilement 6.000 $ la journée d'hospitalisation aux urgences, 10.000 $ minimum un accouchement...
- la nuit ou le week-end, le système de médecin de garde n'existe pas
- la qualité des soins est inégale suivant les établissements hospitaliers...

Et lorsque l'on sait qu'avant tout acte médical, l'établissement s'assure qu'il va bien être payé, le tableau est, quoique l'on dise, bien peu réjouissant.

Et n'oublions pas que les USA, première puissance mondiale, a des taux de mortalité éleves : elle est  178ème (sur 219 pays) dans le classement du taux de mortalité infantile avec 6,3% (la france etant à la 336ème position avec 3.36 %).

Vous trouverez ici quelques témoignages vécus, qui nous feront froid dans le dos, à nous autres français qui avons le réflexe "urgences " ou "hôpital" au moindre bobo (voir les reportages sur les urgences débordées en été...).

A l'inverse, en Angleterre, existe un système a 2 vitesses :
- le système public, découpé en secteurs très stricts (médecins référents et hopitaux de secteur)
- le système privé, réservé aux plus riches
qui préfigure ce qui nous attend à terme.

Certes, il faudra quand même trouver une solution, face à l'explosion de dépenses de santé, autant induites  par le vieillissement de la population (= plus de médicaments), que la baisse des salaires et du chomage (= moins de cotisations), voire l'explosion de la CMU.

Même si, aux USA, le système de santé français est présenté à tort comme idyllique (voire même utopique, comme le dit Michaël Moore), nous devons être conscients de notre chance, et du risque qui nous pend au nez si nous acceptons le démentèlement du système de santé actuel.

Qui a commencé avec la déreglementation des médicaments; premier pas (obligé ?) sur la voie des économies.

Ceci dit, ne serait-il pas mieux de commencer par réduire certaines dépenses  superfétatoires, tels les frais d'affrètement d'avions (§ Mme de Bétancourt et autres jets privés loués par nos édiles) et autres frais de représentation... inutiles ?

N'attendons pas qu'il soit trop tard pour nous en soucier, la santé de nos enfants est en jeu, sans parler de la notre dans quelques années !
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cybione - dans Coups de gueule
commenter cet article

commentaires