Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 06:12
La base du travail que j'effectue sur moi-même consiste en séparer les sentiments des émotions.

En effet, nous éprouvons tous - et c'est normal- des sentiments différents suivant les circonstances.
Ce sont des réactions naturelles, inconscientes.
Les principaux ? Joie, amour, tristesse, bonheur, peur, colère...

Par contre les émotions sont le fruit de notre pensée, consciente ou inconsciente, et souvent le reflet de l'illusion grandiose que nous générons et dans laquelle nous baignons.

Elles nous font monter très haut  (passion, enthousiasme...) ou descendre très bas (angoisse, haine, jalousie, envie, sentiments d'injustice,  de persécution, d'incompréhension...).
Il est d'ailleurs à remarquer que la liste des émotions négatives est beaucoup plus longue que celle des émotions positives car le fruit des ombres que nous portons tous en nous, accrétées depuis l'enfance.

Ces émotions gaspillent une énergie énorme pour vivre et, pire, se nourrissent d'elles-mêmes.
De plus, elles nous entraînent dans des délires qui peuvent être catastrophiques.

Ce sont elles qui nous prennent aux tripes, nous soulèvent et nous "obligent" à ... pleurer, crier, râler, vitupérer, sauter de joie... voire acheter compulsivement, agir en dépit du bon sens.
N'avez-vous jamais cédé à ce genre d'impulsion tout en sachant pertinamment au fond de vous que c'était idiot, stupide, et que vous faisiez du mal autour de vous (à vous ou à vos proches) ?

Elles appuient sur des boutons et nous mettent en marche suivant des programmes engrammés dès l'enfance, outils très utile -à l'époque- pour nous permettre de survivre face aux tout-puissants parents.

Nous avons tous eu ces comportements (mensonge, dissimulation, fuite...)  puisque nous avons eu le même type "d'agression".
Nos ombres sont toutes les mêmes.

Malheureusement  (non, ce n'est pas malheureux, c'est ainsi, elles ont répondu à un besoin réel) , elles ont forgé notre personnalité et réagissent dès que le stimulus correpondant apparaît.

Je me suis aperçue que, pour moi, ils s'agit toujours des mêmes émotions qui me font réagir : peur du manque d'amour,  de l'autorité paternelle, besoin de me faire reconnaître,de me faire "voir", peur de disparaîter ou ne pas/plus exister...

Elles se mèlent et s'enchevètrent à chaque fois, agissent à ma place.

A moi de les reconnaître et de m'en délivrer.
Définitivement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Domamido 07/05/2008 10:19

C'est le cas, je crains de te harceler dorénavant avec ton "nouveau mental" :-))

Cybione 07/05/2008 10:47


Je ne demande pas mieux.
On progressera ensemble, car nous avons tous (je sais, je me répête) les mêmes ombres en nous et pourtant nous croyons être les seuls à les porter.


Domamido 06/05/2008 19:16

Ta sagesse me rassure et Dieu sait qu'en ce moment, plus que jamais, je me sens vulnérable, à la merci de la première personne qui saurait me rassurer un tant soit peu. Pourvu que la prochaine personne qui me rassure sur ses sentiments à mon égard soit la même que celle que j'ai égratignée, pire, blessée, par mes sarcasmes et mon mépris. Un mépris dicté par la colère, une colère que je ne sens pas totalement échappée de moi car je ne sais pas comment formuler ce que je ressens sans accuser, charger l'autre qui me fait mal.
Je t'envie ta capacité à analyser les choses différemment, je sens que tu es dans le vrai, mais je n'ai pas beaucoup d'expérience en la matière, j'ai peur de commettre un impair en en disant de trop alors, je me tais de peur de bouleverser ma vie.

Cybione 06/05/2008 20:00


Oh ! je ne sais pas si je suis vraiment sage... mais j'essaye de progresser, de me "nettoyer" suivant le terme usité par GI.

Cela me paraît irréel d'en parler, tellement, il y a quelques mois, j'aurais trouvé ce discours... dérangeant, un poil sectaire.

Et je me pose toujours la question, mais la réponse me vient de GI : fais ce qui te semble juste.

Et j'ai commencé à m'analyser depuis peu de temps, un mois peut-être...
Mais il est vrai que je bénéficie de "cours" personnalisés... et intensifs.
J'étais simplement prête à les entendre et surtout à les écouter.
J'ai  -maintenant- l'imression de les avoir cherchés toute ma vie.
Et il est vrai que tout s'accélère autout de moi, que je perds mes repères "auto-arbitrairement fixés" et que cela, quelque part me fait peur.
Sinon, tu sais où me trouver si cela t'intéresse (;o)).


Domamido 06/05/2008 10:47

Ouh là là oui ! Récemment j'ai eu maille à partir avec une personne aimée à qui j'ai dit quelque chose, regrettée aussitôt, sous le coup de la colère et mue par un profond sentiment d'injustice. Je pense que cette réaction, à te lire, peut venir de la mauvaise expérience que j'ai eue des rapports père/fille. Moi, la fille imparfaite d'un père imparfait et méconnu d'elle. L'autorité paternelle, au contraire de toi, j'aurais bien voulu la connaître, mais mon père étant assujetti à ma mère et ce, même après leur divorce, tout ce qu'elle disait et faisait était parole d'évangile.
Un jour, mon père m'a insultée, sous l'emprise de l'alcool et à mon tour, j'ai insulté la personne aimée parce-qu'elle était elle aussi sous l'emprise de l'alcool. Une façon de boucler la boucle peut-être...

Cybione 06/05/2008 15:12


Rien de ce qui nous arrive n'est du au hasard, quoique l'on puissen en penser.

A toi de faire le tri entre toutes tes émotions.
Et rassure-toi , nous avons tou(te)s les mêmes, qui nous gouvernent.

A nous de prendre du recul et à déméler cet écheveau qui nous enserre et nous fait agir quelquefois contre notre volonté et souvent en dépit du bon sens.