Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 14:12
Je suis, telle que je vous parle, en train d'en subir une , à peine  atténuée par un comprimé d'ad..l  (d'habitude, j'en gobe deux et me calfeutre dans le noir, mais là,  un seul malheureux se promenait dans mon sac).


Quand je pense qu'il s'agit d'un cliché éculé concernant les dames refusant le devoir conjugal ; il faudrait que les messieurs qui osent le déclamer aient en retour une crise de cette affection qui, si elle est passagère, n'en est pas moins douloureuse et débilitante au possible.

Cela commence - chez moi - par un gros poids sur l'estomac, la sensation que la digestion est compromise.

Puis, enfin, vient cette douleur sourde qui m'enserre les tempes, accompagnée par une légère sensation nauséeuse qui ira en s'accentuant au fil des heures jusqu'à arriver à LA crise : battements sourds dans le crâne accentués par le plus petit bruit,  estomac qui danse la gigue de haut en bas, nausées induites par la moindre odeur (bonne ou mauvaise).

Dans ce cas, une seule solution : le repli immédiat au calme, dans le noir, après l'absorption des cachets magiques et une bonne sieste dont je ressortirai soulagée, les syptômes -en principe- partis.


Et encore, je m'estime chanceuse face à ces compagnes d'infortune (car ce sont les femmes les plus atteintes par la migraine) obligées de rester des jours allongées, quelquefois chaque mois (migraines cataméniales générées a priori  par le changement de dosage des oestrogènes).

Cher et tendre se moquait autrefois gentiment de moi, ne comprenant pas comment un "mal de tête" pouvait autant faire souffrir et rendre patraque.... jusqu'à ce qu'il en subisse une.

Depuis ce jour, son regard a changé et il est aux petits soins pour moi quand il me voit dans cet état.

Las ! Je suis toute seule aujourd'hui, face à mes dossiers et à mon ordinateur, l'estomac bringuebalant et la rête dans du coton.

Et je m'en vais de ce pas prendre une tasse de café fort qui -paraît-il - devrait me soulager quelque peu.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Crystal 08/02/2008 17:32

Je comprends très bien ce que tu peux ressentir, car j'ai moi aussi de ces maux de tête invalidants.
Prends soin de toi.