Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • : The Cybione
  • The Cybione
  • : Le vie est belle ! Chroniques de la vie qui passe...
  • Contact

Fréquentation

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog 

Locations of visitors to this page


  Il y a eu visiteurs depuis sa création.

 



Rechercher

Texte Libre

Archives

22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 00:00

Et voici le haïku que j’ai tiré du poème précédent, écrits tous deux hier après-midi :

 

 

Ciel d’étain parsemé d’argent

Un merle court ; où ?

Il va pleuvoir.

 

 

Et ses précédentes versions.

Vous pourrez ainsi assister à sa genèse.

 

Petit rappel : un haïku est un court poème japonais très sobre en 3 vers et17 syllabes, d’où l’importance du nombre de syllabes, noté entre parenthèses.

Il est écrit pour « figer » un moment, et doit laisser transparaître son atmosphère et l'état d'esprit, les émotions du poète.

 

De ma fenêtre, je vois un ciel gris parsemé de gros nuages plus foncés aux bords très clairs, lumineux.

Sur la pelouse désolée, des oiseaux picorent et un beau merle court le long de la haie.

 

Mer de plomb et d’étain (6)

Un oiseau passe (5)

Il pleut (2)

 

Mais  il ne pleut pas encore ; peut-être ne pleuvra-t-il même pas du tout.

Cette formulation ne me convient pas et je la remplace par :

 

Mer de plomb et d’étain (6)

Un oiseau passe (5)

Je suis lasse (4)

 

Car il est vrai que je ressens une certaine lassitude, une pesanteur diffuse.

Mais toujours pas assez de syllabes.

De plus, le ciel n’est pas lisse, comme une mer, mais présente de gros nuages.

Et je vois toujours ce gros merle dodu qui cherche des vers dans le jardin.

 

Ciel d’étain et de plomb (6)

Un merle sautille (6)

Il va pleuvoir. (4)

 

Pas encore assez de syllabes  (16 au lieu de 17) !

Etain et plomb me semble trop foncés comme comparaison : ce n’est pas un orage qui se prépare mais une ondée automnale.

Et, revenu de nouveau,  je revois le merle qui, cette fois, longe d’un air décidé la haie, comme s’il courait.

 

Ciel d’étain parsemé d’argent (8)

Un merle court ; où ? (5)

Il va pleuvoir. (4)

 

Et voilà mon haïku terminé.

Il présente aussi cette « brisure » caractéristique : les 3 vers sont dissociés (ils peuvent même ne rien avoir en commun).

Seule, leur juxtaposition créera le résultat recherché, émotionnel plus que descriptif.

Partager cet article

Repost 0

commentaires